Kengan D. Robert : Enseignements du maître zen Dôgen – Shobogenzo Zuimonki

Kengan D. Robert & Dogen : Enseignements du maître zen Dôgen – Shobogenzo Zuimonki
2001. 15 x 23 cm. 20 euros.

https://www.editions-sully.com/l-78-les,enseignements,du,maitre,zen,dogen.html

robert-ens-dogen

Editeur : Le Shobogenzo Zuimonki est un recueil d’enseignements du maître zen Dogen pris en note et consignés par son fidèle disciple et successeur, Koun Ejo.
 « Eihei Dôgen (1200 – 1253) est l’un des grands maîtres de l’histoire du bouddhisme dont l’influence se perpétue jusqu’à nos jours. Fondateur du zen Sôtô au Japon, il est tenu dans la plus haute estime à la fois pour la rigueur de sa pratique monastique et pour l’acuité de son esprit. Son œuvre monumentale, le Shobogenzo est le sommet de la littérature et de la philosophie bouddhiques japonaises mais reste difficile d’accès notamment en raison de grandes difficultés de traduction.
 Il en va différemment avec le Zuimonki, qui signifie littéralement  » Notes fidèles de paroles entendues « . Koum Ejo a rassemblé des conseils, des admonestations, des réponses à des questions, que Dôgen a délivré au groupe de disciples qui l’entouraient au Koshoji, près de Kyötô qui fut le premier véritable temple zen Sôtô au Japon. Il s’adresse à des moines, des moniales et également des laïcs, dans un langage simple et direct. Il y est question de la pratique, de l’attitude correcte à développer dans la vie, des difficultés rencontrées sur le chemin, qui sont les mêmes aujourd’hui qu’hier. Dogen parle sans ambage de l’Eveil et de la stricte discipline qui y conduit ; son enseignement, limpide et sans équivoque montre, loin des spéculations intellectuelles, ce qu’est réellement la pratique du bouddhisme zen.
 Ce Shobogenzo Zuimonki, traduit et commenté à partir de la version la plus ancienne dite de  » Chöenji  » par Kengan D. Robert, lui-même Maître zen formé au temple de Eiheiji, constitue un véritable joyau pour tous ceux qui veulent découvrir et étudier le zen et le bouddhisme.« 

*** Mon Avis ***

Un accès rapide à la sagesse de Dogen, fondateur du Zen Sôtô

 

 Les excellentes publications de Sully, éditeur à Vannes, ont dans leur catalogue de vrais bijoux.
 Le Zen Sôto, très actif en France depuis le travail fondateur de Taisen Deshimaru senseï fin des sixties, repose sur les enseignements chinois (Chan) et aussi Zen : c’est-à-dire depuis l’introduction au Japon des éléments chinois adaptés par le premier maître du Zen Sôto : le japonais « Eihei » Dogen Zenji (1200-153).

 Outre le Shobogenzo que Sully a entièrement publié gràce à Yoko Orimo (9 tomes, que je ne possède malheureusement pas), il existe les « Enseignements du maître zen Dogen : Shobogenzo Zuimonki », Zuimonki voulant dire « Notes fidèles de paroles entendues » réalisée par le disciple et successeur de Dogen, Maître Ejo.
 Le Shobogenzo Zuimonki est ici traduit par le formidable Kengan D. Robert, maître zen formé à Eiheiji (le grand monastère et siège de la Sotoshu, fondé par Dogen) et qui dirige le dojo zen de Blois (Denshinji).

 Les 6 cahiers de notes, particulièrement bien prises par Ejo et bien traduites par K. D. Robert, recèlent des trésors de sagesse, montrant comme Dogen et la Voie ne faisaient qu’un : le maître zen la vivait profondément, il mangeait, dormait et méditait zen, la Voie était sa Vie. Il ne doit pas exister de séparation en soi et la Voie.
 Dogen n’en attend pas moins de nous.
 Il lui fallait pourtant surmonter de nombreuses difficultés sur ses terres nippones, afin qu’y prennent racines les idées et pratiques du bouddhisme zen Sôto.
 Ses disciples dévoués réussiront malgré tout à imposer ce bouddhisme austère et dépouillé qui s’imposa ensuite à la société japonaise entière… et aujourd’hui, le monde entier veut être « zen » ! Quel parcours incroyable !

 Dans le Shobogenzo Zuimonki, vous aurez un accès privilégié, direct à la pensée du fondateur Dogen, car Dogen réservait ses écrits – le Shobogenzo – à quelques disciples proches.
 Vous aurez donc ici toute la fraîcheur des notes prises par Ejo, et vraiment, cela vaut le détour.
 Il ne faut toutefois pas occulter qu’il existe diverses sortes de bouddhismes zen au Japon, non représentés en France.

 Comme bien des ouvrages de Sully, vous pouvez y aller les yeux fermés.

 Bonne lecture !

Zui Ho.

Dogen. Sully. Kengan D. Robert. Bouddhisme Zen. Shobogenzo. Shôbôgenzô. Livre Bouddhiste. Livre Bouddhisme.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :