Marie-Stella BOUSSEMART – Dromteunpa, l’humble yogi : ou le renouveau du bouddhisme au Tibet du XIème siècle

Marie-Stella BOUSSEMART – Dromteunpa, l’humble yogi : ou le renouveau du bouddhisme au Tibet du XIème siècle. Editions Vajra Yogini.  257p.

http://www.vajra-yogini.com/index.php/hikashop-menu-for-categories-listing/product/1865-dromteunpa-l-humble-yogi

dromteunpa

Editeur :
« 1005 chez les nomades du Teuloung, le clan Drom se réjouit car la jolie Khouheu Sa, vient de mettre au monde un robuste petit garçon. Très vite, il se montre vif, intelligent et calme. Il a un tel caractère avec son regard profond que c’est impressionnant… A la mort de sa mère, son père prend une nouvelle épouse. La cohabitation entre le jeune garçon et sa belle-mère est si difficile que, à douze ans, Drom part se réfugier chez le frère de sa mère. Décelant ses capacités particulières, son oncle le confie à Guéshé Young Tcheugueun afin qu’il lui enseigne les fondements du bouddhisme. Pendant quatre ans, comme le veut la coutume, le disciple sert son maître. Mais un jour, il rencontre le Vénérable Sétsun, abbé du monastère de Droum dans le lointain Kham et le prie de l’emmener comme serviteur. Il lui faudra attendre encore trois ans avant d’atteindre le Kham. Pendant deux décennies, Drom sert Maître Sétsun d’une manière exemplaire. Le jour, il garde le bétail, broie le grain, tamise la farine. Occupé à moudre, il pose un texte sur le bord de la meule et le mémorise. La nuit, il enfourche un cheval et fait des rondes contre les brigands. Il étudie ainsi les soutras et les tantras. Mais, le bouddhisme ayant été malmené au Tibet depuis le roi Langdarma, Dromteunpa, maintenant homme accompli, apprend le sanskrit. Il sent en effet qu’il doit retourner aux sources pour étudier près d’un pandit indien. C’est justement à cette époque qu’Atisha arrive dans le Ngari, région frontalière avec le Népal. Né au Bengale en 982, le Prince Dipamkara Shrijfiana a été ordonné moine vers trente ans. Après avoir étudié le Dharma Jusqu en Indonésie, il se rend d’Inde au Tibet. Tara le lui a conseillé et prédit la rencontre d’un laïc tibétain exceptionnel. Atisha est sur le chemin du retour, à contre-cœur car il n’a toujours pas rencontré Foupasaka annoncé par Tara. Nous sommes en 1044…« 

Marie-Stella Boussemart :
« Née en 1954, Marie-Stella Boussemart a étudié le tibétain auprès du vénérable Dagpo Rinpoché, aux Langues’ O où elle obtient le premier doctorat dans cette spécialité. Après un long séjour à Gandèn Jangtsé, où Guéshé Sonam Gyaltsèn lui enseigne la philosophie bouddhiste, depuis 1979, elle sert d’interprète à ses Maîtres et a traduit de nombreux ouvrages.Ordonnée moniale en 1997, elle donne des conférences et participe souvent à des colloques et des émissions de radio ou de TV. Traductrice de Dagpo Rinpoché depuis plus de trente ans, elle a effectué cette recherche à partir de nombreux textes tibétains. Préservant la rigueur historique indispensable, elle nous fait vivre cette période charnière de la seconde diffusion du bouddhisme au Tibet et nous transmet l’essence de l’enseignement de ce maître exceptionnel, fondateur de la lignée kadampa.« 

 

*** Mon Avis ***

Le renouveau du bouddhisme tibétain dans un superbe récit

 

 Les éditions Vajra Yogini font parties de mes préférées. Je n’ai pas tous leurs livres, mais une bonne partie et ils sont tous de qualité. Cet ouvrage de Marie-Stella Boussemart, ancienne présidente de l’UBF, ne déroge pas à la règle de cet éditeur qui l’a publié en 1999.

 Elle conte ici, avec une aisance étonnante, la vie de Dromteunpa (ou Dröm) au XIème siècle, un laïc tibétain disciple d’Atisha. Dröm…serait en fait à l’origine de la lignée des Dalaï-Lama. Atisha est célèbre pour avoir mis en ordre la doctrine bouddhiste en un système, le bien connu Lamrim, qui servira de modèles à quasi toutes les branches tibétaines. Le Lamrim est une voie progressive, étagée, personnalisée.
 On retrouve en fin d’ouvrage, le texte fondateur du Lamrim : La lumière de la Voie, que M-S. Boussemart a traduit avec Dagpo Rimpotché.

 Madame Boussemart arrive dans ce joli récit, à nous faire aimer l’incroyable Drömteunpa – un tel disciple qui plus est laïc, est un exemple pour tout disciple du Bouddha qui ne soit pas moine pleinement ordonné ! Mais aussi pour les moines !
 On découvre ainsi la vie tibétaine, la foi de Dröm, sa dévotion pour ses maîtres et la doctrine bouddhique, et surtout, sa relation avec le grand Atisha, rénovateur du bouddhisme au Tibet. C’est aussi un regard sur l’histoire bouddhique du XIème en Inde, d’où vient Atisha, ainsi que sur les autres textes et les nombreuses connaissances de celui-ci. Il existe des bouddhistes qui rejettent l’étude des textes…et ils ont tort.
 C’est un donc vrai régal. Cet opus est une source de joie et de réconfort, ou est infusé doucement le Dharma.

 Je vous recommande donc ce livre qui est à moindre prix depuis des années.
 Je ne saurais, également, que vous recommander de soutenir les Editions Vajra Yogini pour leur travail important en faveur du Dharma du Bouddha. Ils ont besoin d’aide pour éditer et rééditer !

Bonne lecture !

Zui Ho.

Marie-Stella Boussemart. Drömteunpa. Atisha. Lamrim. Dagpo Rimpotché. Tradition kadam. Bouddhisme tibétain. Vajra Yogini. Vajrayana. Récit. Livre Bouddhiste. Livre Bouddhisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :