Gudô ‘Wafu’ NISHIJIMA – Face au Vrai Dragon

Gudô Wafu Nishijima rôshi (avec Jeffrey Bailey) – Face au Vrai Dragon. Windbell Publication, 1984 (1992).
Traduction Michel Yudo Proulx. Edition Michel Proulx : Nanabozho (Gichi Wabush), Montpellier 2010. 287 pages.
ISBN : 2-7518-0039-4.

Et voici l’entretien, la rencontre avec Michel Yudô Proulx : RENCONTRE AVEC MICHEL ‘YUDO’ PROULX (Face au Vrai Dragon)

Face au Vrai Dragon Nishijima

4ème : « Les maîtres bouddhistes du passé ont expliqué la relation qui lie la théorie à la vérité par le biais d’une métaphore simple : la vérité, disent-ils, est comme la lune, loin là-haut. Les idées, les théories et les explications ne sont que des doigts qui pointent vers cet objectif lointain. Elles ne sont pas, et ne peuvent en aucun cas être, la lune elle-même. Ce livre n’est donc que l’un de ces doigts pointés vers la lune. Il peut vous en montrer le chemin, mais vous seul serez en mesure de la toucher. Le bouddhisme qui ressort de Face au dragon n’est pas un Bouddhisme pour les dieux ou les surhommes. C’est un Bouddhisme pour des personnes réelles, pour des êtres humains aux problèmes de gens ordinaires. Un Zen humaniste, destiné à des êtres humains.« 

Amazon : « Très jeune, il découvre dans la pratique de l’athlétisme son premier aperçu de l’importance de l’équilibre intérieur. A 16 ans, il découvre le Shôbôgenzô de Dôgen. En octobre 1940, à l’âge de 21 ans, il participe à une première retraite au temple de Daichûji sous la direction du maître zen Kôdô Sawaki (1888-1965), dont il suivra les enseignements jusqu’à la mort de ce dernier. Peu après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Nishijima sort diplômé de l’école de droit de l’Université de Tokyo et entreprend une carrière dans les finances. Maître Sawaki décédé, il décide de se trouver un maître d’apprentissage qui lui confèrerait l’ordination. Il choisit donc Zuigaku Rempô Niwa zenji qui sera par la suite le supérieur général de l’école S t et le soixante-dix septième abbé du monastère d’Eiheiji. Quatre ans plus tard, Niwa lui transmit le shiho, le reconnaissant ainsi formellement comme un de ses successeurs. Nishijima poursuivit sa carrière professionnelle jusqu’en 1979. Au cours des années ’60, Nishijima commença à donner régulièrement des conférences publiques sur le Bouddhisme et la méditation zen. A partir des années 80, il en donna en anglais et s’est ainsi attaché un certain nombre d’étudiants étrangers. A sa retraite, il reprend du service en rétablissant une entreprise de cosmétiques, Ryôgokudô, qui pour le remercier, lui fournit un immeuble où établir un centre, aujourd’hui fermé. Il est maintenant totalement retraité et se consacre à ses études.« 

*** Mon Avis ***

Un enseignement du zen sôto qui va changer votre vision

 

 Voici un ouvrage non conventionnel et dont je suis fan, écrit par un maître du bouddhisme zen sôtô japonais, et traduit par l’un de ses disciples français, qui lui a officiellement transmis le Dharma et institué maître à son tour.
 La personnalité du maître Nishijima (qui a traduit le Shôbôgenzô de Dôgen avec Mike Cross – une référence dans le domaine) se fait ici bien ressentir, ayant fait sien le Dharma à travers sa profonde expérience du zazen, sa profonde réflexion sur le Zen que Dôgen a ramené de la Chine des Song.

 Ce maître zen et bonze a une vision très personnelle et originale de l’enseignement traditionnelle (il est loin d’être aussi bête comme il le prétend !), ayant travaillé dans l’industrie et la finance.
 Nishijima rôshi met donc en rapport le Dharma avec la modernité et ses problèmes. Son analyse est décoiffante, surprenante et rafraîchissante – venant de quelqu’un éprouvant un immense respect pour des maîtres (Dogen, Sawaki, Niwa) ayant à leur tour une approche traditionaliste et puriste du zen.
 

 On trouvera ici une série de thèmes bouddhiques qu’il expose et fore en profondeur, partant de notre quotidien, et après chacun des thèmes abordés, il échange avec son disciple occidental d’alors, Jeffrey Miller – cette conversation à bâtons rompus est d’ailleurs excellente.
 Vous allez ainsi découvrir dans ces pages un maître attachant répondant à des questions parfois effrontées, surprenantes d’un débutant venu d’un autre univers : ici l’Orient rencontre l’Occident. Et cela l’est encore plus, car Nishijima est très au fait de la modernité occidentale, ainsi que de la philosophie occidentale. Ses idées sont percutantes. Sa manière de concevoir le zen au travers du prise de ses connaissances est rafraîchissante et surprenante.

Voici ce qu’on lit de Nishijima rôshi page 251 :
« Parce qu’il ne s’agit pas d’un état artificiel qu’on fabrique grâce à ses efforts sur le coussin de zazen. C’est, comme je l’ai dis à plusieurs reprises, notre état naturel, ou notre état d’origine. Donc, quand nous revenons à notre état d’origine en zazen, ce dernier demeure avec nous pendant un certain temps après la fin de la pratique. Il va coller à nous ou njous suivre naturellement. Maître Dôgen le comparait au son d’une cloche. Quand on frappe une cloche, le son se prolonge pendant longtemps. Quand on pratique zazen tous les jours, c’est comme de frapper une cloche avec un rythme lent et régulier. Les vibrations de la première pratique se poursuivent jusqu’à la suivante, et on peut ainsi vivre en continu dans l’état d’équilibre naturel« .
 Voilà un exemple de ce que vous trouverez dans Face au Vrai Dragon : mais cependant, je vous promets que vous y découvrirez des idées neuves vraiment décapantes.

 C’est donc un livre essentiel pour qui veut une vision du bouddhisme zen démystifiée, réifiée, réaliste, moderne ! On devrait se plonger dans l’oeuvre de Nishijima rôshi, car il a étudié intensément Dôgen toute sa vie. On devrait plus le traduire.
 Publié et traduit par le disciple de Gudô Wafu Nishijima, Michel ‘Yudo’ Proulx, Face au Vrai Dragon est un livre encore trop méconnu dans lequel je vous recommande chaudement de plonger. Soutenez le Dharma, procurez-vous cet ouvrage à sa source !

 Bonne lecture !

Zui Ho.

 

Michel ‘Yudo’ Proulx. Shôbôgenzô. Dôgen (Eihei Dôgen Zenji). Gudô ‘Wafu’ Nishijima. Zazen. Bouddhisme zen. Mike ‘Chodo’ Cross.  ‘Kôdô’ Sawaki. Brad ‘Odo’ Warner. Jeffrey Miller. Nanabozho (Gichi Wabush). Hardcore Zen. Maîtres zen. Ouvrage de référence. Livre Bouddhiste. Livre Bouddhisme.

Publicités

Un commentaire sur “Gudô ‘Wafu’ NISHIJIMA – Face au Vrai Dragon

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :