L’étroit sentier de la Vérité (poème #8)

L’étroit sentier de la Vérité

*

Le soleil

me réchauffait ;

J’étais absorbé

dans la contemplation.

Par delà

ma vision,

la mémoire me revint.

*

Ces nombreux chemins

que, fiévreux de haine,

que, mal de vivre

j’empruntais jadis

en déambulant

– perclus de souffrances.

Ces chemins

ne menaient

à aucune issue.

Espoir déçu !

*

La souffrance

de vivre

s’ajoutait

à la souffrance

de ne point voir,

de ne point saisir.

L’ignorance

me maintenait

la tête sous l’eau

où je plongeais

sans atteindre le fonds.

*

Mais pour ne plus

souffrir,

il faut encore

et encore

souffrir.

J’empruntais donc

l’ultime sentier.

*

Car descendre dans les abysses

est aisé.

Mais les profondeurs

n’ont jamais délivré

de lueur.

C’est le sommet

où flambe le soleil magnifique

de la Délivrance

qu’il faut atteindre.

*

La lumière écrasante,

la chaleur étouffante

forcent à se dévêtir.

Car pour atteindre la Vérité

c’est nu qu’il faut se présenter.

Il faut avancer léger.

Le fardeau des souffrances

est ainsi délaissé.

*

Le chemin se resserre vers la cime

du Kailash.

Mais après tant d’années,

quelle paix !

quelle joie !

quelle gratitude !

que de voir la Vie en face

– quant à son sujet

l’on s’est tant fait souffrir,

l’on a tant cru mourir.

Vivre est si simple

en Vérité.

24/03/2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :