La Nature-de-Bouddha (poème #10)

La Nature-de-Bouddha

*

Moine

Je le suis déjà

– ou peu s’en faut.

Ermite

je ne le pensais pas

– mais je le suis déjà.

Je n’ai

jamais cru être fait

– pour cette société…

…folle,

absurde,

illusoire,

et vaine.

Non.

Je suis fais

pour m’absorber,

pour méditer,

pour me recueillir,

pour contempler,

pour toucher de mon intuition

le Grand Silence,

la Totalité,

la Réalité,

la Vérité,

– cette non-chose éternelle

immanente,

et transcendante,

évidente,

et présente.

Si je suis absent

au monde,

à moi,

– bien qu’Elle soit là,

je ne la vois pas.

Jamais

rien ne fut

pourtant séparé.

Cette illusion

de séparation

est une chimère du mental :

Un brouillard

tendu entre mental et Vérité.

Soufflez un peu

et la brume se défile.

Place à la clarté solaire,

au bleu d’azur

infini

et lumineux,

vivifiant

et réchauffant

de la nature de Bouddha.

*

27.03.2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :