Thomas HOOVER – L’Expérience du Zen

Thomas HOOVER – L’Expérience du Zen : L’Évolution historique du Chan et du Zen à travers les vies et les enseignements de ses plus grands maîtres. Albin Michel. 22.5 x 14.5 cm.

thomas hoover l'experience du zen

Editeur (copie) : « Une légende raconte qu’on tendit un jour une fleur au Bouddha en lui demandant de prêcher sur la Loi. L’histoire dit qu’il reçut la fleur sans souffler mot et qu’en silence il la fit tourner dans sa main. Alors, dans le calme général, son disciple le plus sensible, Kashyapa, se mit soudain à sourire… Ainsi naquit la sagesse sans parole du Zen, méditation pure.

L’Expérience du Zen ne prétend pas révéler le secret du Zen, aucun livre ne le pourrait, mais restitue la pensée et l’histoire du Zen à travers les cheminements qu’il a suivis, les maîtres extraordinaires qui l’ont incarné depuis le VIème siècle. Ce faisant, cet ouvrage apporte une contribution importante à un enseignement dont la recherche est aussi vieille que l’effort des hommes pour atteindre l’éveil.

Thomas Hoover est un des meilleurs spécialistes américains de la pensée Zen. Il vit à New York mais a beaucoup voyagé en Chine, au Japon et en Inde. Cette histoire du Zen est le résultat de plusieurs années de recherches et de réflexion.

*** Mon Avis ***

Une fine histoire du Zen et du Ch’an

 

 Publié en 1980, édité par Albin Michel en 1984, 1989 puis 1997, voici un ouvrage important sur le Zen traduit par l’inévitable Marc de Smedt et Nelly Lhermillier.  Il fut également et inévitablement publié dans la formidable collection Spiritualités Vivantes, mais il eut les honneurs d’une version grand format avec une couverture semi-rigide très résistante.  C’est un livre qui va survivre, je vous l’assure !

 L’Expérience du Zen (car oui, cette philosophie est avant tout une pratique, un empirisme) a du connaître un franc succès, car on le trouve facilement d’occasion et pour un prix abordable Et franchement, cet ouvrage long de 300 pages devrait être réédité par Albin Michel : il est effectivement de qualité. 

 Il y a quelques livres de ce type semblables à celui-ci : il le faut bien. Par bien des aspects, le Zen reste et demeure pour beaucoup mystique et mystère, quand bien même on dira de lui que non, il est bien pratique et concret.  On notera que Thomas Hoover, à l’instar d’Alan W. Watts qui l’avait bien souligné, remarque que le Zen a ses racines dans le Taoïsme, donc dans quelque chose d’évanescent, et a contrario également dans l’esprit chinois très concret. Ces aspects se retrouvent évidemment dans la glose et la gnose de Thomas Hoover, qui pour moi est un parfait inconnu, mais qui il y a 30 ans – déjà ! – était considéré comme une pointure dans son domaine.

 En effet, L’Expérience du Zen de Thomas Hoover se veut être un regard de chercheur universitaire mais vulgarisateur à la fois : il lui fallait gagner son public, qui a toujours soif de comprendre cet art sino-nippon. L’auteur remercie au passage dans on livre d’autres pointures : D.T Suzuki, John Blofeld, Chang Chung-Yuan, Charles Luk. Toutefois, à la lecture, il est difficile de déterminer si Thomas Hoover n’est qu’un « pur esprit » ou s’il s’est vraiment assis en zazen à de nombreuses reprises. Voyez la suite.

 On trouve cette citation inscrite avant la préface, de Garma C.C. Chang : « L’unique objectif du Zen est de permettre de comprendre, de réaliser et de perfectionner son esprit« . Un but tout à fait bouddhiste. Alors pourquoi s’intéresser au Zen ?
 Justement, la Préface est très éclairante et importante à mon sens dans cet ouvrage.  Je vous copie un passage sur lequel on tombe très vite à la lecture :
« Le Zen est fondé sur la reconnaissance de deux types incompatibles de pensée : la pensée rationnelle et la pensée intuitive. La rationalité emploie le langage, la logique, la raison; ses préceptes peuvent être enseignés. La pensée intuitive est bien différente. Elle se dissimule au-delà des mots, enfouie au tréfonds de notre conscience. Contrairement à la pensée rationnelle, l’intuition ne peut être enseignée ou même stimulée. En fait, il est impossible de trouver ou de manipuler cette conscience intuitive en utilisant notre esprit rationnel – pas plus que nous ne pouvons nous serrer la main ou voir notre œil. […]
 Le but à atteindre est la perception intuitive d’une grande et unique connaissance – celle que le monde qui nous entoure et nous-même ne formons qu’un, que nous appartenons l’un et l’autre à un absolu plus vaste qui englobe toute chose. Notre intelligence rationnelle obscurcit simplement cette vérité, et c’est pourquoi nous devons l’interrompre, ne serait-ce qu’un instant. La rationalité conduit notre esprit; l’intuition le libère.« 
 Puis quelques lignes plus loin, Thomas Hoover…enchaîne sur « le Taoïsme : la Voie vers le Zen ». Incontournable ! Hoover, plus loin, relèvera les contradictions évidentes entre Taoïsme et Zen, et la recherche paradoxale des deux à vouloir absolumet s’unifier. Et juste après cette porte sans porte, vient une partie intitulée, elle aussi incluse dans la Préface : « les racines bouddhiques su zen » : elles viennent donc bien après.  Car le Zen débute avec une légende : celle d’une fleur que la Bouddha tourne dans ses doigts, et Kasyapa répondant à ce geste par un sourire… Y’a-t-il plus mystique et mystérieux ?

 Thomas Hoover, comme il le fera dans la suite de l’ouvrage en développant cela, égraine alors les noms et les histoires « des grands maîtres du Zen » dans un classique déroulé d’une Histoire du Zen qui suffirait en elle-même à expliquer le Zen. Ceci explique en partie cela, mais l’on ne peut se limiter à la rationalité : il faut en passer par l’intuition qui naît de la pratique.

 Même si anthologie nommée L’Expérience du Zen porte bien son sous-titre, sans surprise – « L’Évolution historique du Chan et du Zen à travers les vies et les enseignements de ses plus grands maîtres » – le sérieux qu’Hoover emploie dans sa démonstration du Zen fait de ce beau livre un ouvrage de référence sur le sujet – qu’Albin Michel, je le répète, doit à toux prix rééditer !

Procurez-vous le en attendant ! On ne sait jamais…on ne sera peut-être plus là demain.

Bonne lecture !

Zui Ho.

Thomas Hoover. Albin Michel. Ouvrage de référence. Bouddhisme zen. Histoire du Zen. Maîtres zen. Livre Bouddhiste. Livre Bouddhisme. Tao, Taoïsme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :