Mes noires années (poème #18)

Mes noires années

*

Mes noires années

sont celles que j’ai conté.

Ce sont mes années

déjà passées.

Je ne les ai

pas oubliées :

elles sont pas très

éloignées.

*

Mais ces noires années

sont celles qui ont le plus compté.

Sans ces noires années,

Je ne serais

pas devenu ces espace, désormais

pleinement éclairé,

de milles feux apaisés.

*

Sans ces noires années,

cette haine infâme qui m’habitait,

je n’aurais pu la transformer

dans le creuset

de mon âme déchirée.

Les noires années

furent le « passage obligé »

vers la transformation redoutée

de mes souffrances innervées

en la plus stable des paix.

*

Un être qui n’a jamais

souffert et pleuré

ne peut devenir un être touché

par la Grâce, de l’Eté

Eternel qui au fond nous fait,

nous les êtres de souffle incarné.

*

Mes noires années,

ces salopes qui m’ont tant blessé

m’ont ainsi beaucoup enseigné.

Elles m’ont montré

comme il faut plonger,

lutter, pleurer et désespérer,

pour enfin observer

au fin fond de ce que l’on est,

la Lumière que l’on cherchait.

Car c’est dans cette abysse désertée

qu’il faut plonger,

plonger,

plonger,

pour en fin de compte crier

dans le vide où l’on s’est isolé,

notre besoin de la Lumière Divine

où tous nous devons nous abreuver.

*

09/04/2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :