Taïsen DESHIMARU – Le Bol et le Bâton : 120 contes Zen

Taïsen DESHIMARU – Le Bol et le Bâton : 120 contes Zen. 1980. Albin Michel « Spiritualités vivantes ». 7.70euros.

http://www.albin-michel.fr/ouvrages/le-bol-et-le-baton-9782226026842

bol baton

Editeur : Initiée par le Bouddha historique, la tradition du conte trouve son expression la plus pure chez les maîtres zen de Chine et du Japon. Pour le disciple du Zen, c’est dans la méditation des ces koans, plus que dans l’étude des soûtras, que surgit l’illumination. Dans ces récits de rencontre entre maître et disciple, l’enseignement spirituel s’habille souvent d’humour et de poésie pour mieux s’adresser à toute l’humanité.

 

*** Mon Avis ***

Un petit recueil de contes zen pour qui découvre

 

 Voici un des premiers livres concernant le Zen que j’ai lu, alors que j’étais adolescent. Je m’en souviens avec délice : il m’avait fait voyager.
 Ces textes ont été recueillis par Alain Liebmann, Liliane Najar, Anne-Marie Fabbro, Evelyn et Marc de Smedt.

 D’abord édité en 1980 par les Editions Retz/Zen Editions, puis par Cesare Rancilio en 1983 avant qu’Albin Michel ne l’édite en poche en 1986, le Bol et le Bâton est une anthologie de petits contes zen qui connut, je crois, un franc succès durant ces années-là. Depuis, bien d’autres recueils de contes zen ou asiatiques sont parus, et il en existait même quelques uns avant que ne paraisse Le Bol et le Bâton.

 Du point de vue des lecteurs d’aujourd’hui – mais non de ceux d’alors, qui attendaient un tel recueil de leur maître – Le Bol et le Bâton forme un recueil intéressant mais guère incroyable.
 En effet, comme pas mal de gens l’ont relevé, les contes sont d’une saveur et qu’une qualité inégales. Il nous manque, nous occidentaux, l’esprit japonais de cet homme mort en 1982, pour parfois saisir la subtilité, les chutes non-dites des 120 contes zen.
 Néanmoins, dans une bibliothèque zen, ce livre s’avère quasi indispensable – par respect et pour la mémoire de Deshimaru Senseï.

 Voici un petit conte : L’esprit de l’autre.

« Au Japon, un moine fut jeté par sept fois en prison. A chaque libération, il recommençait à voler, puis se faisait arrêter; ainsi pouvait-il enseigner aux prisonniers, qui reçurent tous l’ordination de moine. Le grand moine, du nom de Shinhyo, continua ainsi son jeu, jusqu’à ce que les gardiens, émus et troublés, relâchassent les prisonniers et leur maître. Celui donne un véritable enseignement doit comprendre l’esprit de l’autre« .

 Même s’il n’est pas exceptionnel, ce recueil d’histoires laissera toutefois son empreinte dans les esprits de ceux qui le liront avec attention – il contient indéniablement de beaux passages et des sources de sagesse zen.

 Bonne lecture !

Zui Ho.

Taïsen Deshimaru. Contes. Albin Michel. Bouddhisme zen. Livre bouddhiste. livre bouddhisme. Recueil. Maîtres zen. Evelyn de Smedt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :