Un paysage (poème #19)

Un paysage

*

Les nuages

forment une mer

sous mes yeux.

Les vents les charrient

sous ce soleil cuisant

où eux et moi nous trouvons.

Les nuages

sans consistance

forment une mer

insaisissable,

emmenés

par d’invisibles vents !

*

Je suis au sommet

du mont Kailash.

Sous mes yeux défilent

les nuages de coton.

Tout est si beau.

Tout est

ainsi, depuis des temps

sans début ni fin.

Tout est en paix.

Pourtant cette mer

si blanche

flotte magiquement

dans l’espace sans limite.

Les nuages

et les oiseaux volent

si facilement !

Comment font-ils

pour violer la gravité ?

*

Dessous eux

s’effritent silencieusement,

imperceptiblement,

sans commencement,

les montagnes aux mille nuances

de gris, de vert et de blanc.

Je suis seul.

Je contemple

ce spectacle poignant.

Dans ma poitrine,

bat ce cœur offert à ma naissance.

Il n’y a plus que lui

à donner signe de vie,

Car devant ces merveilles

je m’évanouis comme en sommeil.

*

10/04/2018.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :