Tragique (poème #27)

Tragique

*

Mon regard était plongé

Dans tes yeux bleus et nacrés

En silence je les fixais

Et ma bouche était serrée.

*

J’étais sérieux, comprends-tu ?

Car bien longtemps je t’ai cru.

Mais un jour que toute nue,

Dans l’ombre de l’embrasure

*

De cette fenêtre, tu parlais

De notre amour qui fuyait.

Cette époque toute dorée :

Nous étions collés-serrés.

*

Autrefois, je mangeais crues

Tes paroles anciennes, et lues !

Dans les recueils de vers dus

A tes études dans le Sud.

*

As-tu souvenir de ces

Douces et belles années

Où nous nous aimions de près ?

D’épaisses cendres, désormais !

*

Ainsi, c’est ton beau portrait

Qui orne la table écrue –

Depuis cette sombre soirée

Quand en pleurs, tu sautas nue.

*

Mon cœur en millions brisé

N’est pas encore parvenu

A oublier tes traits

Magnifiques et camus.

*

18/04/2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :