François MALESPINE – Je suis né…et maintenant ? Chercher le sens, découvrir l’essence

François MALESPINE – Je suis né…et maintenant ? Chercher le sens, découvrir l’essence. Accarias-L’Originel. 2018. 128 pages. 14.50euros.

http://www.originel-accarias.com/

François MALESPINE - Je suis né...et maintenant

Editeur : Depuis que nous sommes nés, le monde que nous observons, le monde que nous vivons, et le monde que nous sommes, ont peu à peu pris forme à partir du regard, du perçu, du ressenti et du penser des autres.
 Le « Tu ES Cela » écrit en majuscules et désignant l’Origine, est devenu : « tu es cela/corps/psychisme » en minuscule.
 « Je » impersonnel, vierge de toute histoire, sans contour donc sans limite, sans plus ni moins, est devenu «je suis moi », en s’identifiant à une forme, à une histoire, en agrégeant toutes sortes d’influences sociales, religieuses, raciales.
 « Je suis moi » est aujourd’hui notre identité, notre point de vue sur (opinions, croyances, appartenance). De cette «conscience/je suis moi» surgit le monde de la dualité, ce monde « de pleurs et de grincements de dents » que nous connaissons.
 Le défi pour chacun est de sortir de cette paresse d’un monde formaté, accepté et transmis, de démasquer « moi » jusque dans ses repères les plus secrets afin de découvrir que « Je » n’est pas « moi ». Que « Je » est simple « espace/énergie/Conscience », contenant tout sans avoir besoin de rien, source « de tout » et n’étant « rien ».
 Vacuité fraîche et lumière en soi-même.
 Alors, parfois, la vie toute simple et humaine, au lieu d’être avidité et consommation, devient dans tous ses aspects : célébration.

 Né en 1948, François Malespine fait les Beaux-Arts. Professeur en collège et lycée, il fait plusieurs expositions en France et aux Etats-Unis. En 1970, il effectue un voyage en Inde du nord. De 1975 à 1995, il suit l’enseignement d’Arnaud Desjardins. En 1997, long séjour à Arunachala. Il a déjà publié plusieurs livres.

*** Mon Avis ***

Une réflexion profonde sur un chemin qui amène à voir notre Vraie Nature

« Qu’avez-vous à vouloir sauver le monde alors que tout ce dont il a besoin c’est d’être sauvé de vous ? » Nisargadatta Maharaj.

 

 Voici un essai à mon sens, philosophique et métaphysique, qui nécessite plusieurs relectures pour être pleinement saisi.
 C’est également un livre peu commun. Un opus où l’auteur dit ne pas vouloir imposer de dogme, mais donner sa vision personnelle du chemin qui conduit non pas à l’éveil, mais au « petit éveil » qu’il connait. Il relate les choses de son point de vue, et détaille et dépouille le chemin psychologique de l’abandon de soi pour entrer dans le Je.
 C’est une lecture qui m’a captivé, mais parfois aussi complètement perdu.

 En effet cet essai a produit chez moi deux réactions : d’abord je me suis écrié « au génie » ! Quel bouquin formidable ! Et c’est vrai : il y a de l’excellence dans ces pages. Des fulgurances mystiques incroyables ! Un discernement par le cœur exact, juste et touchant la cible.
 Je me suis aussi parfois égaré : le discours si personnel de l’auteur l’emmène parfois dans un monologue où le lecteur est oublié, dans des paroles que seul lui peut comprendre, dans une forme d’oraison jaculatoire, presque comme s’il écrivait pour lui-même : et il est alors ardu de le suivre et surtout de le comprendre. Donc, notamment dans le milieu de l’ouvrage, je fus perdu à plusieurs reprises. Mais n’en faisons pas un fromage : cela indique que cette densité dans les propos nécessitera des relectures intenses.
 De plus, bien que la teneur de ses propos soit philosophique, François Malespine n’explicite pas les termes (pourtant communs) qu’il emploie, comme si cela coulait de source (puisqu’ils sont communs). Mais sa façon – certainement assumée – de les utiliser, très personnelle, produit un décalage perceptible entre sa parole et l’usage habituel des notions employées.
 Enfin, après cette entrée triomphale et géniale, suivie du dédale labyrinthique, la troisième partie de l’ouvrage est plus posée, plus calme et plus intelligible, permettant la décantation des deux premiers tiers de l’ouvrage.

 Il y a donc de très beaux et très forts passages dans cette lecture, mais aussi d’autres où l’on se perd en suivant l’auteur. Mais globalement, cette lecture fut intéressante et enrichissante.
« Ce que je vois « ici », c’est que cette paresse à vivre à la surface de moi-même m’appartient. Elle est le garant de mon existence en tant que moi. Il est parfaitement vu que si je ne suis pas libéré, Éveillé avec un grand E, c’est parce que je veux encore être fasciné par, vivre « moi » au contact de « l’autre« .
 C’est donc, en fin de compte, un très bon livre, stimulant, réflexif, que nous délivre François Malespine : bien que le domaine soit labouré par des générations de penseurs métaphysiques, l’auteur lève des lièvres, pose des questions (parfois de façon détournée), plonge dans les abysses que lui seul connait et ressort grandi par ce cheminement, qu’il nous partage.
 Je vous en recommande donc la lecture car, même si elle vous déroutera parfois, elle vous mettra tout de même sur la bonne voie car la réflexion proposée dans ce livre concerne l’Essentiel.

 Bonne lecture !

Zui Ho.

François Malespine. Accarias-L’originel. Philosophie. Métaphysique. Petit Eveil. Eveil ordinaire. Non-Dualité.  Témoignage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :