Revue SOURCES, n° 42

Revue SOURCES, n° 42
Sources, pour une vie reliée : La grâce de l’ordinaire
mai-juin-juillet 2018. 9euros.

http://sources-vivre-relie.org/feuilleter/la-grace-de-l-ordinaire/37/1.aspx

sources42MD.jpg (1)

« Il faudrait accomplir toutes choses et même les plus ordinaires, surtout les plus ordinaires – ouvrir une porte, écrire une lettre, tendre une main – avec le plus grand soin et l’attention la plus vive, comme si le sort du monde et le cours des étoiles en dépendaient, et d’ailleurs, il est vrai que le sort du monde et le cours des étoiles en dépendent« . Christian Bobin, l’enchantement simple.

 Ce numéro 42 de la revue Sources (une revue unique en son genre !) est, une fois n’est pas coutume, d’une très haute qualité. Chaque Sources est tellement empli d’enseignements, débordant de bonté, d’amour, d’écoute, d’humanité que la lecture en est génialement douce et si agréable !
 On compte ici 11 entretiens, et 3 extraits sous forme d’articles.
 Que trouve-t-on au menu de ce succulent specimen ?
 Après le sommaire, 8 pages sont consacrées aux « nouvelles » de l’été, l’été étant toujours bien chargé en stages, conférences et surtout, ateliers de pratiques, retraites, festivals, etc. : on ne peut pas dire que la vie spirituelle n’existe pas en France ! Sources, revue qui porte très bien son nom, est une sorte d’agrégateur pour toutes ces manifestations culturo-cultuelles, et est très performante dans ce domaine.
– Vient ensuite le 1er entretien : « Il y a du bonheur à avoir peu », où Fumio Sasaki, ancien éditeur japonais, auteur de « L’essentiel et rien d’autre : L’art du minimalisme pour retrouver sa liberté d’être » (2017, Trédaniel) raconte son expérience de vivre avec trois fois rien (ce qui est déjà beaucoup disait Raymond Devos !) dans un petit appartement de Tokyo. « Le minimalisme est un mode de vie qui consiste à réduire ses affaires au strict nécessaire.(…) Je suis devenu minimaliste en réaction à la surcharge d’objets qui encombraient mon petit appartement.(…) C’est en me débarrassant de mes affaires que j’ai réussi à m’en sortir. Etre minimaliste, c’est tenter d’évacuer ce qui n’est pas essentiel, de façon à apprécier pleinement ce qui nous est précieux« . Cet entretien très inspirant, ouvrant le bal des entretiens, est rafraîchissant et donne envie… de faire le ménage.
– Suit un hommage en deux pages, à Maurice Bellet (1923-2018), décédé à 95 ans. Maurice Bellet était prêtre, théologien, philosophe, psychothérapeute et écrivain. Après l’hommage sobre, un entretien de trois pages est retranscrit, réalisé en juin 2018 par Nathalie Calmé, au sujet de son livre « Un chemin sans chemin ». Goûtons les mots de Maurice Bellet : « Dans cette foi d’une pauvreté extrême, dépossédée de tout savoir et pouvoir, il reste une sorte de confiance première en ce qui nous d’être là, un désir de vivre un lien qui nous relie aux autres humains. La foi trouve son point d’ancrage dans cet essentiel« . Un magnifique entretien ! Quelle perte !
– « Pour comprendre l’autre, il ne faut pas se l’annexer, mais devenir son hôte » : entretien avec les commissaires de l’expo itinérante « Lieux saints partagés » : Dionigi Albera et Manoël Pénicaud, anthropologues et chercheurs. Quatre pages riches de savoirs où les deux hommes questionnent les religions monothéistes qui se partagent les lieux saints. Une rencontre bienvenue en ces temps de grande tension entre les religions du désert.
– Manoël Pénicaud est ensuite spécialement interrogé sur le sujet du pélerinage islamo-chrétien des Sept Dormants, au hameau des Sept-Saints (Bretagne), les Sept Dormants « témoins anticipés de la résurrection ». Il nous apprend l’histoire de ce pèlerinage… dont je ne connaissais que le légende !
– Frère Jean, moine orthodoxe, fondateur et directeur du skite Sainte-Foy, une petite communauté de prière et de travail établie dans les Cévennes, est ensuite à son tour interrogé sur « Le jeûne [vécu] comme une offrande » : c’est un excellent entretien que voilà, nourrissant spirituellement, très riche en enseignements, démontrant que le jeûne, pratiqué en tous lieux en tous temps par toutes les religions, est avant tout une affaire spirituelle apportant de nombreux fruits ! A lire absolument !

 C’est ensuite que s’ouvre le dossier La grâce de l’ordinaire ! S’ouvrant sur une citation de Frère Laurent de la Résurrection (1614-1691) : « Je possède Dieu aussi tranquillement dans le tracas de ma cuisine, où quelque fois plusieurs personnes me demandent en même temps des choses différentes, que si j’étais à genoux devant l’autel. Il n’est pas nécessaire d’avoir de grandes choses à faire : je retourne ma petite omelette dans la poêle, pour l’amour de Dieu; quand elle est achevée, si je n’ai rien à faire, je me prosterne par terre et adore mon Dieu de qui m’est venue la grâce de la faire; après quoi je me relève, plus content qu’un roi« . Fa-bu-leux !
– « La vie spirituelle est ordinaire » de Lee Lozowick, repris du blog Chronophonix, est un texte fabuleux du maître américain (1943-2010), sur le ton habituellement brut de décoffrage qui était sa marque de fabrique. J’ai franchement aimé ses paroles, et il a l’art de remettre les choses à l’endroit… à lire ! et à relire… « Le but de la vie spirituelle est de servir le processus continu de la vie et non de vivre dans quelque bulle mystique. Et dans cette réalisation, l’existence devient ordinaire et même ennuyeuse« .
– Ce n’est pas ce dit Soeur Christianne Méroz : « La mystique du quotidien » est le titre d’un de ses livres. Cette soeur avait perdu le contact avec Dieu, et l’a retrouvé dans son quotidien au contact des autres dans le cadre de son travail. J’ai bien aimé les propos cultivés et les questions de cette religieuse.
– Un entretien, « Servir », avec Swami Kailansananda – directrice spirituelle de centres internationaux Sivananda de Yoga Vedanta – nous apprend ce qu’il se trouve derrière le Karma Yoga initié par son maître Swami Sivananda. « Servez, aimez, donnez, purifiez-vous, méditez et réalisez-vous » étaient ses six instructions. J’ai appris des choses sur cette philosophie indienne ! C’était instructif !
– « Va laver ton bol ! Du sens de la souffrance et du quotidien spirituel » est une retranscription d’une conférence de Silvia Ostertag (1942-2011), où « elle illustre les grands thèmes de la quête spirituelle, avec comme point de départ l’intégration de la voie au quotidien et la sortie des automatismes« . J’ai pas vraiment accroché… le ton de la dame en question n’est pas très sympathique ! 5 pages que je n’ai pas su finir.
– « L’art du ménage » : Le soufi Llewellyn Vaughan-Lee, directeur du Golden Sufi Center (Californie) « explique comment une pratique comme le ménage, s’il conjugue action et pleine présence, peut contribuer à nous reconnecter avec la vie, dans la conscience du moment présent. En effet, « Le nettoyage extérieur et le nettoyage intérieur sont au fondement de la pratique spirituelle« . Cet article, extrait, traduit et adapté d’un livre du maître américain, est particulièrement savoureux, posé, réfléchi et sensible : c’est la première fois que je lisais les pensées de ce personnage dont j’avais déjà entendu parlé – et ça vaut vraiment le coup !! A lire absolument !
– « La vie quotidienne demeure mon seul temple » est un entretien de Pierre Taïgu Turlur, déjà interviewé sur Livres Bouddhistes : RENCONTRE AVEC PIERRE ‘TAÏGU’ TURLUR (Apprivoiser l’éveil). C’est une très bonne interview ! Ces trois pages sont riches d’enseignements et de surprises, vous n’allez pas le regretter ! Pierre Turlur a sa vision personnelle du Zen, et il contraste fortement avec celle prêchée en France ! Sa parole est à l’image de sa plume : poétique, ciselée… Rafraîchissante !
– Vient à sa suite, un entretien avec Laurence Panontin (responsable de l’accueil des pèlerins au sanctuaire de Lisieux), au sujet de Thérèse de Lisieux : « l’extraordinaire dans la vie ordinaire ». Cet entretien fut intéressant, il a aiguillé ma curiosité. Je ne connais cette sainte que de nom et renom, elle qui voit des milliers de croyants se recueillir sur la froide pierre de son tombeau… Je vais accélérer l’achat de sa célèbre « Histoire d’une âme » – et je vous incite à faire de même ! Entretien intéressant donc !
– Un gros entretien tout bonnement excellent de 5 pages avec Etienne Dahler (prof de philo, diacre permanent, membre de la communauté des Béatitudes, fondateur et producteur de la radio Ecclesia, etc) prend le relai et nous parle de « la vie spirituelle au ras des pâquerettes » ! Excellent !
– Suit un autre gros entretien, avec le prêtre Gilles François, dont le sujet est Madeleine Delbrêl (1964-1964) et que je ne connaissais pas. Quelle surprise fabuleuse ! Quelle femme admirable fut-elle ! D’abord athée farouche elle se convertit au catholicisme au contact « de gens ordinaires » : sa sainteté transparaîtra après sa mort avec ses œuvres posthumes, et elle fut déclarée Vénérable le 26.01.18 : elle est un bel exemple, très inspirant… Merci pour cette découverte !

 Enfin, la revue Sources accompagne chacun de ses numéros d’un DVD (quand on y pense, ça fait d’elle une revue trimestrielle vraiment peu chère).
 Le DVD du numéro 42 est consacré à Shanti Kunj, Centre spirituel d’éducation populaire en Inde (5000 centres, 13 millions d’adhérents).
 Le film long de 29:36 est réalisé par Fabian da Costa et Alain Chevillat.
 Shanti Kunj propose « de l’éducation à la Vie, au Sanatana Dharma », l’art de vivre éternel exposé dans les Vedas.
 Shanti Kunj est une structure associative d’éducation populaire qui se bat contre les méfaits de l’occidentalisme libéral, et réinsuffle du spirituel et de la tradition dans la vie de ceux qui viennent y apprendre.
 Elle organise des séminaires résidentiels gratuits de durées variées (sadhana de 9 jours à 3 mois).
 Le Gayatri Mantra y est scandé et recopié, le rituel du feu (homa), le Japa et la méditation sont pratiqués, des enseignements spirituels basés sur les Vedas et une pratique du service sont dispensés, on s’y réveille tôt et l’on respecte les routines journalières… Et l’idée derrière tout cela est que qui change ses pensées, change de comportement et peut changer la société. Franchement, ça donne envie pour qui veut abandonner la vie folle des villes tentaculaires et du métro-conso-boulot-dodo-caveau !
 Étonnamment, on apprend dans le documentaire que Shanti Kunj explique la spiritualité à l’aide de la science ! 
 A titre personnel, cela me donne envie d’aller vivre en Inde et d’aller dans ces ashram (quoique le Japon me fait du pied avec insistance) !

 C’est donc un très beau documentaire qui clôt un magnifique numéro de la revue Sources – merci à l’équipe de cette revue pour ces contenus si riches et puissants !

 Bonne lecture, évidemment !

Zui Ho.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :