Yannick GAUTIER – De la conscience du souffle à la joie de l’abandon

Yannick GAUTIER – De la conscience du souffle à la joie de l’abandon. Le Dharma du Bouddha : un existentialisme métaphysique ?
Edilivre. 140 pages. 10/10/2017. 13euros
ISBN : 9782414130870

RENCONTRE AVEC YANNICK GAUTIER (De la conscience du souffle à la joie de l’abandon)

https://www.edilivre.com/de-la-conscience-du-souffle-a-la-joie-de-l-abandon-yannick-gautier.html/

yannick gautier conscience

Les dialogues et discours prononcés par le Bouddha Gautama n’avaient d’autre dessein que l’éveil de la conscience et sa libération de l’entrave des habitudes mentales et des représentations de la réalité. Ils se sont transmis dans un corpus appelé Dharma qui, au fil des siècles et selon les peuples qui l’ont accueilli, a pris diverses allures jusqu’à revêtir parfois les ornements religieux. Mais, au fond, que propose ce Dharma ? D’abord, il diagnostique un dysfonctionnement mental, cause de notre malaise chronique : la propension à saisir et s’approprier, en vue de satisfactions durables, les phénomènes psychiques et physiques pourtant éphémères. Ce mouvement de saisie et la tension qui l’accompagne sont identifiés comme les fauteurs de troubles…

Yannick Gautier rencontre le Dharma du Bouddha en 1970 à l’occasion d’une conférence donnée à l’ambassade de l’Inde à Paris.
À partir de ce jour, il se consacre pleinement à l’étude et à la pratique de ce Dharma au centre d’étude bouddhique de Gretz sous la conduite de l’Ânagârika Prajnânanda. Devenu lui-même anagârika, « sans foyer », il y reste six ans.
Puis, après un retour à l’état « avec foyer », marié et père de quatre enfants, il suit une carrière professionnelle dans l’Éducation Nationale. Pendant toute cette période, il continue sa recherche adaptée à ces nouvelles conditions.
Arrivé à l’âge de la retraite, dégagé des obligations sociales, il poursuit son chemin, donnant des conférences sur le Dharma.

 

*** Mon Avis ***

Ne gardez que la partie sur la méditation

 

 Cet ouvrage que je connaissais pas, m’a été conseillé. L’auteur m’étant également inconnu, j’ai jugé intéressant de l’interroger sur son livre (« Ce livre a pour objectif d’inciter le lecteur à se questionner et continuer son investigation par la lecture d’autres ouvrages; et puis à se lancer si ce n’est déjà fait« ), le premier que je lis, imprimé par cette maison d’édition, Edilivre.
 Ancien disciple de feu René Joly, alias l’Ânagârika Prajnânanda qui fonda le centre de Gretz (qui je crois, fut le premier centre de ce genre à ouvrir en France), Yannick Gautier, qui enseigna à la suite de son maître pendant six ans avant de retrouver la vie civile.
 Yannick Gautier reste toutefois fidèle à l’esprit du « bouddhisme gnostique » du maître, et c’est bien cela que l’on retrouve dans son ouvrage.

 Je ne mentirais à personne, ce n’est pas dans mes habitudes et je vous dirais donc que, malgré ses quelques 140 pages, j’ai eu bien du mal à le lire.
 Cela est notamment du au style de l’auteur, ainsi qu’au fait qu’il n’explicite pas ce qu’il expose (il le reconnait dans l’interview) et enfin, parce que je n’ai pas vraiment appris de choses, l’auteur abordant les notions de base du bouddhisme, puis en seconde partie (la plus intéressante) la méditation et les 4 dhyana. Bien qu’il affirme apporter un regard neuf sur ces sujets, je ne suis pas convaincu.
 Et, comme je viens de le dire, l’auteur ne prend pas la peine d’expliciter, d’approfondir des notions qui « coulent de source » pour lui mais qui ne couleront pas de la même façon pour des lecteurs qui voudraient découvrir le bouddhisme avec un tel livre – car c’est quand même l’objet de cet ouvrage ! Yannick Gautier, qui a sa pratique et sa compréhension du Dharma, s’est approprié tout ça et n’a pas retraduit cela d’une manière intelligible ou abordable pour les gens du commun… Le serpent se mord ainsi la queue.
 Plutôt que d’en dire du mal, ce qui n’est pas mon intention, car je préfère parler d’ouvrages et d’auteurs peu connus ou inconnus dans un objectif de soutien inconditionnel, je préfère laisser le lecteur être juge de cet ouvrage, et je lui souhaite d’y apprendre des choses.
 A l’auteur, je recommande de réécrire son ouvrage, à la lumière d’autres ouvrages de ce genre et en se faisant plus didactique. Je ne vois pas l’intérêt d’écrire un livre pour inciter les lecteurs à en lire de plus savants.

 Bonne lecture !

Zui Ho.

Yannick Gautier, Edilivre, René Joly – Ânagârika Prajnânanda, CEDh Gretz, Prajaparamita, Bouddhisme gnostique, Bouddhisme theravada, Livre bouddhiste, Livre bouddhisme, Découverte du bouddhisme, Méditation Vipassana, Vipassana

 

« DROIT DE REPONSE DE L’AUTEUR » du 01.09.2018 :

Réponse au commentateur du manuel

En lisant votre commentaire, j’ai été quelque peu surpris des propos que vous avez tenus. L’intérêt du manuel est mis en cause. Et bien que vous vous en défendiez, le ton n’est pas neutre loin de là.

Votre texte ayant vocation à être public, il me semble jouir un droit de réponse, laquelle a vocation également à être publique.

– avant tout, je tiens à corriger une erreur qui prouverait que vous avez mal lu ou trop rapidement les informations publiées au dos du livre, voire l’ouvrage dans son ensemble: je n’ai jamais enseigné pendant six ans au centre de Gretz, j’y étais simplement résident.

– l’ ānagārika Prajñānanda n’était pas mon maître mais simplement mon instructeur. Je vous renvoie là à l’une des réponses que je vous ai adressées.

– si j’ai dit qu’effectivement certains passages méritaient d’être plus explicités, cela n’implique pas que l’ensemble de l’ouvrage manque d’explications. La présentation de certaines notions, qui sont toutes mentionnées dans le Dharma mais peut-être pas dans certaines écoles bouddhistes, est parfois brève parce qu’elle doit susciter la curiosité et l’interrogation. En outre, comme je le dis au début, ce livre est un manuel et non un ouvrage d’érudition; par manuel on entend un petit livre que l’on avoir « à portée de main ». Il résume les notions fondamentales, toutes reliées de la première page à la dernière par la notion de la « non-saisie », fil conducteur et clé de la compréhension du manuel (mais c’est peut-être ce que vous appelez « mon style »?). Comme il semble que vous l’ayez lu superficiellement, cela vous a sans doute échappé.

– une certain nombre de ces notions fondamentales sont exposées d’une manière que vous ne trouverez probablement pas ailleurs, par exemple la notion d' »anatman » et « du sans naissance, sans devenir,… » Que vous ayez imaginé que cette traduction affirmait un dieu créateur, me laisse encore perplexe !…

– je ne pense pas que ce manuel constitue ma vision personnelle du Dharma ainsi que vous l’insinuez et le dites clairement dans les questions que vous m’avez adressées. Vous ne citez d’ailleurs aucun passage qui pourrait le faire supposer.

– je ne réécrirai pas ce manuel, il est suffisant en lui-même. Permettez moi de trouver ce conseil plutôt déplacé.

En fait, et pour conclure, il m’apparaît que votre jugement (car c’en est un) et votre agacement sont dus à votre vision du Dharma qui est étrangère à celle que je présente ou peut-être appartenez-vous à un courant dont l’enseignement, voire les dogmes n’autorisent pas une autre lecture que le sien.

Enfin, je vous demanderais, ainsi que j’en ai le droit, de publier après votre commentaire, cette réponse afin que la présentation du manuel bénéficie d’un minimum d’égalité de vue et de chance.

Si vous ne le faîtes pas, je vous prie alors d’en retirer l’annonce de votre blog ainsi que le commentaire, la photo et les réponses à votre questionnaire.

Publicités

Un commentaire sur “Yannick GAUTIER – De la conscience du souffle à la joie de l’abandon

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :