Lama Jampa Thayé – Des arabesques dans la vacuité : Comprendre la manifestation en dépendance dans le bouddhisme

Lama Jampa Thayé – Des arabesques dans la vacuité : Comprendre la manifestation en dépendance dans le bouddhisme
Editions Rabsel
Traduit de l’anglais par Audrey Desserrières
ISBN : 979-1093883274
12/02/2019 – 83 pages – 15 euros

http://www.rabseleditions.fr/?product=des-arabesques-dans-la-vacuite

Lama Jampa Thaye - Des arabesques dans la vacuite

https://www.amazon.fr/arabesques-dans-vacuit%C3%A9-Comprendre-manifestation/dp/B07H5VV6NR/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1550494926&sr=1-1&keywords=arabesques+vacuit%C3%A9

L’interdépendance décrit le processus naturel d’interconnexions qui prend place au sein de notre environnement extérieur ainsi qu’au coeur de notre expérience intérieure du monde. Ce sujet constitue une courte introduction au bouddhisme tout autant qu’une analyse précise. La manifestation en dépendance est une pièce maîtresse de l’enseignement du Bouddha, toutes écoles confondues, parce qu’elle touche à de nombreux aspects de son message notamment les notions de causalité, du mal-être, de la libération et de la compassion. La comprendre permet de transformer notre façon de considérer le monde et agit comme un antidote au désordre qui règne dans notre pensée – désordre qui nous aliène de ce monde et nous laisse aux prises avec nos émotions et nos projections.

Lama Jampa Thayé (né en Angleterre en 1952) est un maître de méditation et un érudit formé dans les traditions Sakya et Kagyü du bouddhisme par Sa Sainteté Sakya Trizin, Karma Thinley Rinpoché et d autres éminents maîtres tibétains. Il détient un Doctorat de l Université de Manchester pour ses recherches en histoire religieuse tibétaine. Il vit à Londres avec sa famille et anime un programme annuel intensif d enseignements pour Dechen et d autres organisations bouddhistes internationales.

*** Mon Avis ***

Un petit ouvrage parfait pour comprendre l’interdépendance et la vacuité

« La forme est vacuité, la vacuité est forme;
La forme n’est autre que la vacuité, la vacuité n’est autre que la forme »
Le soutra du coeur de la perfection de sagesse

 Coproduction conditionnée ou coproduction conditionnelle, les douze liens (nidânas), l’interdépendance, la vacuité ou, comme il est dit dans cet opuscule de la collection « Les philosophiques », la « Manifestation en dépendance » : toutes ces notions servent à démontrer que rien n’existe par lui-même en pleine et entière indépendance : « il faut de tout pour faire un monde », et réaliser n’importe quoi nécessite toujours l’aide directe ou indirecte d’autrui. Tout est composé et interdépendant. Rien ne naît du néant (sauf les crédits que les banques vous font).
 Et oui, même « vous », il a fallu d’innombrables autres « vous » pour vous faire. Votre « personne » ou personnalité s’est construite… grâce aux autres ou malgré vous par leur action. De ce fait, comme tout est relié, rien n’est indépendant en soi : « tout n’existe pas », tout est sans cesse en mouvement, rien n’est fixe et l’homme, animal social, ne saurait naître de lui-même et grandir de lui-même; il est social et sociable : il vit en famille, en clan, en tribu, en communauté, en ethnie, en nation, en pays. Et que dire de tout ce que l’homme fabrique ! Pour fabriquer un outil qui nous servira à fabriquer quelque chose, il nous faut des outils pour le faire ! Ainsi, tout est vide de soi. Il n’y a rien à « saisir » car tout est semblable aux nuages, aux bulles de savon.

 Sa Sainteté le XVIIème Gyalwa Karmapa, Trinley Thayé Dorjé, préface l’ouvrage qui expose cet arbre central que représente « la manifestation en dépendance » : une fois comprise, puis la vacuité saisie, il suffit de faire le chemin à l’envers, par exemple, pour sortir du samsara (cf l’Upanisa Sutta). Il est toutefois indispensable d’en passer par la compréhension des Quatre Nobles Vérités, tout premier enseignement du Bouddha, car c’est en son sein que se trouve, entre autres, la manifestation en dépendance.
 Notre auteur, anglais né en 1952, dispense ici un enseignement plusieurs fois millénaire sur un ton contemporain, propre aux éditions Rabsel : vous assimilerez facilement cette philosophie du Bouddha si vous souhaitez « commencer par là ».
 Surtout que cet enseignement de la Manifestation en dépendance est inévitable : il importe de le comprendre parfaitement intellectuellement, puis de le voir, de le mettre en pratique en contemplant la Vacuité au quotidien.
 Lama Jampa Thayé cite Nagarjuna : « Quiconque appréhende parfaitement le déploiement de la manifestation en dépendance – le précieux et profond trésor des enseignements du Conquérant – connaît la réalité de la même façon que le Bouddha« .
 Lama Jampa Thayé consacre également un chapitre à l’école Cittamatra, qui déclare en substance que tout est l’Esprit seul, et un autre à la perspective Madhyamaka, soit l’idée que tout est absolument vide… ce qui va créer des noeuds à ceux qui s’intéressent à la physique quantique.
 Que conclut provisoirement Lama Jampa Thayé ?
« Nous ne pouvons établir aucune entité véritablement existante dans le monde. S’il en existait une, le monde cesserait alors d’exister, parce qu’il ne pourrait y avoir aucun changement, aucun développement, aucune croissance ni interaction. Le changement, le développement, la croissance, l’impermanence et l’interaction sont précisément ce qui caractérise le monde. (…) Il ne faut pas avoir peur que le monde s’évanouisse si les choses sont vides, parce qu’au contraire de ce que nous pouvons supposer par erreur, seule la vacuité rend le monde possible.« 

 Le chapitre Six est consacré à « La manifestation en dépendance dans le vajrayana », car cette manifestation est « la clef profonde qui révèle le sens du vajrayana » selon Virupa. J’ai trouvé ce chapitre un peu rude, mais c’est parce que je ne suis pas un habitué du Vajrayana. Néanmoins je ne suis pas resté béat, j’ai compris le principal.
 Le dernier chapitre porte le titre du livre et Lama Jampa Thayé y délivre ses conclusions, qui parachèvent intelligemment les propos précédents.

 Au final, j’ai beaucoup apprécié lire ce livre, qui m’a appris de nouvelles choses sur la Coproduction conditionnée ou manifestation en dépendance. C’est une bonne livraison de Rabsel éditions !

 Un petit livre, mais un ouvrage de référence ! Je le place dans mon TOP20 !

 Bonne lecture !

Zui Ho.

Lama Jampa Thayé, Audrey Desserrières, Bouddhisme tibétain, Tradition Kagyü, Tradition Karma-Kagyü, Tradition Shakya, Trinley Thayé Dorjé, XVIIème Gyalwa Karmapa, ouvrage de référence, Livre bouddhiste, Livre bouddhisme, Coproduction conditionnée, Interdépendance, Vacuité, Nobles Vérités, Douze Liens, Découverte du bouddhisme, Philosophie du Bouddha, Esprit seul, TOP20, Vajrayana,

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :