Revue SOURCES n°44

(222) Revue SOURCES n°44
Sources, pour une vie reliée : « La guérison sur le chemin »
Janvier-février-mars 2019 – 9 euros

https://sources-vivre-relie.org/feuilleter/la-guerison-sur-le-chemin/39/1.aspx

sources44MD3

Voici le tout dernier numéro en date de la revue Sources, cette excellente revue qui nous nourrit et nous abreuve en spiritualité, avec de savoureux aliments et des repas fastueux.
C’est une revue que j’apprécie beaucoup. Ce numéro 44 est consacré à la guérison, qu’elle soit physique, mentale, énergétique, spirituelle. Corps-Âme-Esprit.

C’est à ce jour, le meilleur numéro de la Revue Sources que j’ai lu !

 Dans son « edito » ou son papier d’introduction coutumier, Alain Chevillat se questionne : « D’où vient la maladie ? ». On peut la savoir en examinant les ressentis, les sens et en déduisant logiquement un diagnostic : c’est la méthode scientifique.
 Mais bien des maladies font intervenir le psychisme. La psychosomatisation a donné naissance aux traitements psychochimiques. Le désenchantement du monde et la perte du sens de la vie rendent les gens malades et la maladie devient la norme.
 Comme le dit A. Chevillat, « le rejet du « religieux » a entraîné la disparition du « spirituel », on a jeté le bébé avec l’eau du bain ». Les débats sont ouverts !

 Après les habituelles Nouvelles, l’on découvre un document singulier :
 « La charte de l’Europe des Consciences » en réponse au « grand débat national » voulu par le gouvernement suite au mouvement des Gilets Jaunes.
 Pourtant cette charte fut écrite en 2000 ! Comme quoi, les politiques n’ont pas du la voir… Notre président lira-t-il ce numéro 44 ??
 C’est pourtant une Charte fabuleuse. Comme j’aurai aimé la lire il y a bientôt 20 ans ! Elle fut écrite par l’Université à Ciel Ouvert, et une association en est née (mais a aujourd’hui disparu).
 Je vous copie les titres de ses articles, mais on la trouve sur le net :
– Renouer avec la dimension spirituelle de l’homme et les valeurs éternelles
– Réintégrer l’homme au sein de la nature – au niveau de l’espèce comme de l’individu
– Mettre l’économique au service du politique et le politique au service de la sagesse
– Favoriser les réalisations à taille humaine et la démocratie de proximité
– Instaurer davantage de justice sociale, expression naturelle de fraternité et condition de paix durable
– Sortir de l’égoïsme national pour entrer dans une fraternité sans frontières
– Responsabiliser la personne et encourager une solidarité de proximité
– Considérer la nécessité d’une » Déclaration des devoirs de l’homme envers lui-même, ses frères du monde, la nature et la Terre «
– S’investir davantage dans la prévention des problèmes que dans leur guérison (agir dans la conscience du long terme)
– Retrouver et respecter le sens sacré de la naissance et protéger la petite enfance
– Éduquer à la vie, en même temps que préparer à un métier
– Retrouver une vision globale de la santé et accepter une médecine plurielle
– Rendre au travail son sens et sa dimension de service
– Ouvrir pleinement la société aux femmes et aux valeurs féminines
– Réintégrer la vieillesse et la mort au sein de l’existence
– Retrouver le sens de la vie

« Gate, gate, paragate… Parti, parti, parti vers l’autre rive… » C’est avec une immense tristesse qu’il y a quelques semaines j’ai appris la disparition du très aimé Bernie Glassman (1939-2018). La revue Sources reproduit ici un entretien réalisé à l’automne 2014. Lui qui a tant fait pour les miséreux, les faibles, les sans-abris, lui qui a incarné l’idéal du bodhisattva mieux que beaucoup qui se revendiquent en être, je lui souhaite de reposer en paix.
– « En chemin vers notre nature véritable » est un entretien avec la veuve d’Yvan Amar, lui aussi très regretté et mort il y a 20 ans (1950-99). Tous deux suivaient l’enseignement de Chandra Swami Udasin (1930-). Yvan Amar disparu, sa femme a « pris le relais » est dispense cette sagesse hindoue qui les a passionné. Voici donc 4 pages d’un bel entretien inspirant…

  Le dossier « La guérison sur le chemin » commence tout de suite après.
 – Le premier entretien s’intitule « la maladie exprime toujours un tourment de l’âme ». Il est fait avec Luc Bodin, médecin-auteur-conférencier bien connu qui a entre autres écrit un livre nommé « La médecine spirituelle ». Pour ce médecin, la maladie a des origines organiques et extérieures, mais aussi psychologiques, symboliques et spirituelles. « Nous sommes à l’origine de tous nos maux. Nous sommes les premiers responsables des maladies que nous contractons » dit-il. J’ai trouvé l’entretien (4 pages) absolument passionnant et terriblement pertinent et crédible : aussi je vais acheter son livre !
  – « Sur les pas du Bouddha médecin, Guérir de la souffrance » est un entretien avec Jean-Louis Pélofi. Bouddhiste tibétain et chrétien par essence, J-L Pélofi est également psychothérapeute et psychopathologue clinicien. Il a eut pour maîtres des lamas renommés. C’est un bon entretien mais très formaté : d’un côté la rigueur de la médecine et de l’autre… la rigueur du bouddhisme tibétain. Toutefois, je l’interrogerais bien à mon tour…
  – « Faut-il guérir de tout ? » est un entretien réalisé avec Jacqueline Kelen : c’est aussi le titre de son ouvrage, « Divine blessure. Faut-il guérir de tout ? ». la question est pertinente, mais de but en blanc, tout le monde dirait : « bah oui, je veux guérir ! ». Voici l’une de ses réponses, mise en exergue dans cette entrevue : « On ne parle, aujourd’hui, que de prendre soin de soi, de la nécessité de s’aimer, d’avoir confiance en soi. Cela flatte l’ego. Mais c’est totalement illusoire. Les saints, les sages, les éveilleurs, les chercheurs de Dieu nous invitent, eux, à nous détacher de ce qui ne fait que passer et à nous élever. A chercher ce qui ne meurt pas ! » C’est fort non ? On ne peut guérir de tout car nous sommes mortels. Là aussi, 3 pages d’entretien fabuleux.
 – « Qu’est-ce qu’un thérapeute ? » est la réflexion de Jean-Yves Leloup sur les Thérapeutes d’Alexandrie du premier siècle de notre ère. 5 pages très instructives et proches du Divin… Excellent.
 – « Le Christ guérisseur » est un entretien avec Bernard Forthomme, docteur en philosophie et en théologie. Ces 4 pages sont le pendant des précédentes : elles sont extra ! On y parle des guérisons et miracles de Jésus, mais aussi de ceux des saints. Très, très riche !
 – Chantal Bonhomme se prête à l’entretien. Cette juriste a fait un AVC en 2017 suivi d’une EMI dont elle est revenue avec des handicaps. Dans cet entretien titré « Petit voyage mystique au coeur de la maladie », elle nous conte ces heures fatidiques qu’elle a ensuite mises par écrit dans un livre, « De la Nuit à l’Amour ». Son témoignage est magnifique et bouleversant.
 – C’est à peu près la même chose, du même acabit, bouleversant, avec l’entretien-témoignage suivant : celui de Colette Roumanoff, « Vivre l’instant présent avec les malades Alzheimer ». Colette est metteur en scène pour le théâtre, et auteure du livre « L’homme qui tartinait une éponge ». Elle a accompagné 10 ans son mari atteint de cette terrible maladie. Tous deux furent des disciples de Swami Prajnanpad. Et le meilleur des remèdes pour aider un patient et s’aider soi-même, c’est « de dire adieu à la tristesse et de développer une bonne humeur permanente ». Bon il n’y a pas que ça… il va vous falloir lire cet entretien !
 – Le docteur Jacques Vigne prend la relève avec « La méditation, une hygiène psychique ». Ce docteur en psychiatrie vit en Inde depuis des décennies et eut pour maître Swami Vijayânanda. L’entretien est plutôt conventionnel, et c’est bien normal : l’homme n’est pas conventionnel et il faut bien donner du cadre à un entretien. Ce n’est pas le meilleur de ce numéro.
 – Bernadette Blin, spécialiste des thérapies de psychologie transpersonnelle, discute quant à elle du fait de « restaurer notre lien à la dimension spirituelle ». Cette psychologie est née de la rencontre entre Abraham Maslow et Stanislas Grof. C’est une psychologie prenant en compte l’aspect spirituel de la personne dans les soins. Elle utilise toutes sortes de méthodes créées au XXème siècle. Globalement, ces 4 pages sont intéressantes.
 – « L’épreuve, un appel à mieux aimer et à mieux s’aimer » est un entretien réalisé avec Marie-Lise Labonté, psychologue et auteure archi-connue. Toutefois, ce qu’elle témoigne dans ces trois pages est très fort et impose le respect. C’est à lire.
 – Ojasvin Kingi (un Maori) et Waimaania Iris Davis (une Suisse) nous parlent d’une méthode de guérison chamanique, basée sur les massages et des pratiques maories et celtes, qu’ils ont appelé « Haka de guérison de la Grande-Mère ». Ces trois pages font rêver, surtout que je ne connais rien à la culture maorie (mais en matière de chamanisme, lisez ceci : Francis Huxley + Jeremy Narby – Anthologie du chamanisme). C’est beau et bon, mais je ne saurais juger de la pertinence de ce que ce couple avance. je devrais pratiquer ce Haka pour pouvoir en dire plus. Et vous, l’avez-vous testé ?
 – La revue se termine par deux pages de réflexion d’un médecin, le Docteur Xavier Feintrenie, auteur de « L’accompagnement d’une mère ». Il se pose la question : « Quelle médecine ? Le voeu d’un médecin ». Il écrit : « Car l’être humain – et c’est sa noblesse – est d’une étonnante complexité. Il est à la fois organique, énergétique, psychique, mental et spirituel. Il est aussi – gardons le toujours à l’esprit – un mystère, et à ce titre un lieu privilégié d’émerveillement ». Les questions et conditions à l’exercice de la médecine qu’il pose ensuite sont cruciales. C’est à lire également, vraiment !

Enfin, il nous reste le DVD : Ayurvéda et spiritualité (56:24 minutes)
 « L’Ayurvéda est une sagesse de la santé, qui a ses racines au plus profond de l’être humain. C’est ce qu’a développé le Dr Satya Narayan Das dans une conférence enregistrée pour le 1er Symposium d’Ayurvéda organisé par l’École Jiva Ayurvéda France en septembre 2018 au Domaine de Chardenoux.
 Après une formation d’ingénieur Satya Narayan Das s’est tourné pleinement vers la spiritualité, et auprès de son maître, a étudié et mis en œuvre les Écritures de l’Inde. Il dirige aujourd’hui un ashram à Vrindavan (Inde) et enseigne en différents pays d’Europe et aux USA. Sa formation première à la pensée moderne fait merveille pour rendre intelligible la science védique aux Occidentaux.
 Auteur de nombreux livres en anglais sur la philosophie et la culture de l’Inde. En français, on peut lire : L’Éveil spirituel d’après les enseignements de la Bhagavad Gîta.« 
 Comme toujours, la vidéo est de qualité… tout comme l’enseignement dispensé correctement traduit en direct. Les fans de l’ayurveda apprécieront grandement !

Je vous souhaite une excellente lecture !

Zui Ho

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :