Samuel BERCHOLZ & Sherab Chödzin KOHN – Pour comprendre le bouddhisme, une initiation à travers les textes essentiels

(225) Samuel BERCHOLZ & Sherab Chödzin KOHN – Pour comprendre le bouddhisme, une initiation à travers les textes essentiels
« L’ouvrage de référence sur toutes les écoles de la philosophie bouddhiste »

Préface de Bernado Bertolucci.
Textes traduits de l’anglais par : Michèle Garène, Basile Lagides, Bernard Seytre
Broché : Robert Laffont, 01/11/1993, 433 pages, ISBN-13: 978-2221077542
Poche : Pocket, 01/02/1997, 428 pages, ISBN-13: 978-2266076333

https://www.amazon.fr/Pour-comprendre-bouddhisme-initiation-essentiels/dp/2221077547/ref=tmm_pap_swatch_0?_encoding=UTF8&qid=&sr=

Samuel BERCHOLZ & Sherab Chodzin KOHN - Pour comprendre le bouddhisme

Ce livre d’initiation est né du souhait d’offrir une voie d’accès au sens profond de ta spiritualité orientale. Il rappelle donc l’étonnante aventure toire du Bouddha et l’histoie du boudhisme il en illustre les grandes idées par des textes fondateurs, explique les clefs, fournit les références indispensable donnant la parole sans exclusive à tendances.

Véritable ouvrage de référence, il est aussi le guide de chacun pour découvrir le message bouddhique dans toute sa grandeur et sa simplicité.

*** Mon Avis ***

Un très bon ouvrage, très étayé, pour découvrir les bouddhismes

 

 Dans la pléthore d’anthologies constituées afin de donner un aperçu des bouddhismes, « l’ouvrage de référence sur toutes les écoles de la philosophie bouddhiste » qu’est celle-ci est de bonne qualité, voire très bonne, et mérite le succès qu’elle a connu depuis sa sortie mondiale en 1993.
 Le titre original du livre est celui du film tourné par le Préfacier, Bernardo Bertolucci (1941-2018), « Little Buddha ». L’anthologie est donc sortie pour accompagner le film.
 C’est un livre non-réédité à ce jour mais que l’on trouve partout d’occasion pour quelques euros : vous ne regretterez nullement votre achat, surtout si vous débutez dans le bouddhisme, car, effectivement, il a un but : devenir « L’ouvrage de référence sur toutes les écoles de la philosophie bouddhiste ».
 Je vais vous détailler son gros sommaire avec des commentaires. Ce qui est bien également, c’est que vous allez découvrir bien des grands noms du bouddhisme du XXème siècle.

– Avant-propos de Bernardo Bertolucci
– Introduction des anthologistes
I – PREMIÈRE PARTIE : La vie du Bouddha et la diffusion du bouddhisme.
1. « La vie du Bouddha » par Sherab Chödzin Kohn : « L’incarnation du Bouddha ». Ce texte fait 56 pages. Il est complet. Bien que son auteur suive la tradition tibétaine, il a essayé de rendre l’histoire du Bouddha de la manière la plus neutre possible, sans parti pris, tout en en disant juste assez, juste ce qu’il faut, afin d’apprendre l’important sur le médecin des âmes que fut Bouddha Shakyamuni. Donc c’est bon. C’était de toute façon impossible de faire l’impasse sur cette hagiographie quand on découvre le bouddhisme.
2. « Brève histoire du bouddhisme » par Sherab Chödzin Kohn : « Les premiers jours du Dharma ». En 19 pages, on se penche ici sur les débuts du bouddhisme, la constitution des sangha (car rapidement, des « sectes » se formèrent et chacun défendit ses idées). C’est concis et c’est bien. C’est assez et l’on pourra étoffé par d’autres livres au besoin.

II – DEUXIÈME PARTIE : Enseignements fondamentaux (Hinayana).
3. « L’enseignement du Bouddha » par Bhikkhu Bodhi (Theravada, 1944-). En juste quelques pages, ce moine « de la forêt » nous expose les Quatre Nobles Vérités et le Noble Sentier Octuple – la base du bouddhisme. Essentiel !
4. « Les paroles du Bouddha » sont en une dizaine de pages, une sélection des versets du célèbre Dhammapada (cf Jeanne SCHUT – Les plus belles paroles du BOUDDHA : les versets du Dhammapada), le fameux recueil anthologique des paroles du Bouddha extraites des soutras. Indispensable. Il vous donnera envie d’avoir un Dhammapada du coup.
5. « Le développement du Moi » est un enseignement de feu Chögyam Trungpa (1940-1987), un très célèbre moine tibétain à l’esprit Œcuménique qui fit tout pour rendre le bouddhisme tibétain le plus américain possible. Il dérangea beaucoup par sa « folle sagesse » ! Cet enseignement-ci, sur l’inexistence du Soi/Moi, donc de la personnalité (Anâtman), est extraite de son livre Chögyam TRUNGPA. Pratique de la voie tibétaine. Au-delà du matérialisme spirituel
6. « Voir les choses telles qu’elles sont » par Nyanaponika Thera (1901-1994). Ce moine du Theravada est allemand et vécut au Sri Lanka. L’enseignement est très court et concerne les Sceaux du Dharma.
7. « Notre vraie demeure » par l’imparable et mondialement connu Ajahn Chah (1918-1992). Notre maître thaïlandais du courant Theravada offre à une disciple vieillissante un enseignement bouddhique sur l’Impermanence et la Souffrance, afin de l’accompagner dans la mort. L’enseignement est beau, riche et poétique, avec des analogies et des paraboles, et compare l’état de la disciple avec celui que le Bouddha connu dans sa vieillesse.
8. « Conduite Morale, Concentration et Sagesse » de Satya Narayan Goenka (1924-2013) était un laïc indien né en Birmanie autorisé à enseigner les méditations Vipassana et Shamatha. Il enseigne ici le Noble Sentier Octuple tel qu’il est divisé en conduite morale (Shila), Concentration (Samadhi) et Sagesse (Prajna). S.N. Goenka est considéré comme un pratiquant exemplaire. Nous avons droit à 35 pages fabuleuses de développement du Bouddhadharma.
9. « Le Karma et ses fruits » est un enseignement essentiel de Nyanaponika Thera, de nouveau. Le Karma est une notion complexe à comprendre. Je vous renvoie à l’excellent livre de Traleg Kyabgon – Le Karma : Ce qu’il est; Ce qu’il n’est pas; Pourquoi il est important
10. « Le pratique de la vigilance » par le moine anglais Bhikkhu Mangalo (du Theravada) nous enseigne sur la pleine vigilance ou conscience, que l’on peut associer à l’attention à la respiration. C’est bien écrit et décrit !
11. « L’amour universel : le Metta Sutta ». Un « soutra de la bonté » essentiel et mondialement connu, récité quotidiennement par les moines theravadin. On trouve le Metta Sutta facilement sur le net, mais aussi dans le livre de Walpola RAHULA – L’enseignement du Bouddha d’après les textes les plus anciens

III – TROISIÈME PARTIE : Les Enseignements du Grand Véhicule (Mahayana).
12. « De la confiance en l’esprit » ou Hsin-hsin-ming (chinois), ou Shinjinmei (japonais), est un poème chinois de 146 vers rimés composé par Seng-ts’an (ou Sengcan ou Kanshi Sôsan) vers 600. Autrement appelées « Stances sur la foi en l’esprit », c’est un texte majeur récité dans les monastères de Chine, des Corées et du Japon. On le trouvera sur le net ou dans l’anthologie d’Eric ROMMELUERE – Les fleurs du vide : Anthologie du bouddhisme Sôtô Zen
13. « Le Sûtra du coeur » fait lui aussi parti des incontournables, également dans l’anthologie du dessus. Il traité de la vacuité.
14. « L’échange de soi pour autrui » par le IIème Dalaï-Lama, Gyalwa Gendün Gyatso (1475-1542), est un enseignement sur le Lo-Jong, une méthode populaire au Tibet qui signifie « donner et accepter » et transmise par Atisha aux tibétains. Elle repose sur l’Esprit d’Eveil afin de susciter la Compassion pour autrui. On donne sur l’expir et on accepte sur l’inspir. Un bon livre sur Lo-Jong : Shamar Rinpoché – Lo Djong, la Voie vers l’Eveil
15. « La bienveillance » est un texte de Pema Chödrön, (née Deirdre Blomfield-Brown en 1936 à New York), une nonne de la tradition tibétaine Kaguypa. Ça ne fait que deux pages, c’est bien trop peu !
16. « La voie du bodhisattva » est un enseignement de… Chögyam Trungpa ! C’est encore une fois tiré de son opus, Chögyam TRUNGPA. Pratique de la voie tibétaine. Au-delà du matérialisme spirituel
17. « Regard sur les êtres vivants » est extrait d’un soutra fameux, celui « du sermon de Vimalakîrti » ! C’est un des plus formidables soutras qui soit. Ce septième chapitre du soutra est un échange entre Vimalakîrti et Manjushrî et Shâriputra.
18. « L’illumination de Hui-Neng » est extrait du « Sûtra de l’estrade » ou de Hui-Neng (638—713). Les dix pages présentées ici démontrent la transmission de maître à disciple de la Prajanaparamita ou Sagesse Transcendante.
19. « Oublier le soi » de Dôgen Zenji (1200-1253), qui est fondateur du Zen Sôtô au Japon, est extrait d’un opuscule capital (Genjô-Kôan) de son oeuvre majeure, le Shôbô-genzô. Il explique le rapport entre zazen, la méditation assise et illuminatrice, et l’Eveil.
20. « Les dix taureaux » ou « Les Dix tableaux pour domestiquer le buffle » de Kaku-an ou Kuoan Shiyuan (x-1168), ou encore « Les Dix Images du buffle » (cf Pierre Taïgu TURLUR – Apprivoiser l’éveil) en parle sont mondialement connues et étudiées dans le bouddhisme japonais notamment. Les images illustrent les différentes étapes du chemin vers l’Eveil : ici, vous n’aurez pas les images, mais la description de chaque tableau suivi de son commentaire.
21. « Un esprit sans entraves » par Takuan Sôhô (1573-1645) est extrait de son célèbre enseignement, « Mystères de la sagesse immobile », …offert à un célèbre samûraï. « L’esprit qui ne s’arrête jamais est l’esprit immobile »…
22. « Esprit zen, esprit neuf » est tiré du livre éponyme et culte de Shunryu Suzuki (1904-1971), maître de Zen Rinzaï. C’est un petit livre mais tellement riche et puissant ! Il a fait le bonheur de génération de pratiquants et figurent dans toutes les bonnes bibliothèques, avec son jumeau « libre de soi, libre de tout ». C’est tout simplement divin. Chroniques à venir !
23. « La vacuité » est un texte de Dainin Katagiri (1928-1990). lors de la sortie de « Pour comprendre le bouddhisme », le livre de Dainin KATAGIRI – Retour au silence, la pratique du zen dans la vie quotidienne, allait sortir deux semaines plus tard. Son texte sur la vacuité en est-il tiré ? En tous cas, il est purement anecdotique, dans le sens où le maître parle de son sujet en partant de sa vie. Je n’aime pas son style.
24. « La bouddhisme engagé » par Thich Nhat Hanh (1926-), grand maître zen Rinzaï, auteur d’innombrables livres, dirigeant d’immenses sangha partout dans le monde, nous parle ici d’un thème, éthique, qui devrait tous nous tenir à coeur et ne pas en rester aux voeux, mais nous pousser à l’action. Il en parle malheureusement dans un texte trop court bien que très poétique et en faisant le détour par la méditation…

IV – QUATRIÈME PARTIE : L’enseignement tantrique (tibétain – Vajrayana).
25. « Le pratiquant du tantrisme » est la troisième intervention de l’incontournable… Chögyam Trungpa ! Que dire d’autre qu’il explique comment et ce qu’est un pratiquant du bouddhisme tantrique tibétain ?
26. « La tentatrice et le moine » est signé Reginald A. Ray, professeur d’études bouddhiques à l’université Naropa à Boulder dans le Colorado. C’est un disciple de … Chögyam Trungpa ! Il est considéré comme un réel docteur du Dharma puisqu’il a le titre d’Acharya. Il nous conte l’histoire fabuleuse d’un Mahasiddha procrastinateur, savant mais guère pratiquant : Abhayâkaragupta, qui va rencontrer Vajrayogini, la divinité bouddha… Il ne faut pas oublier que le bouddhisme tantrique tibétain va puiser d’énormes trésors dans les textes indiens et les adapte au bouddhisme qu’il transforme ainsi en une forme ésotérique.
27. « L’union de la joie et du bonheur » est du grand maître Tilopa (989-1069). Tilopa est l’un des 84 Mahasiddhas indiens (cf ABHAYADATTA – La vie merveilleuse de 84 grands sages de l’Inde ancienne). Tilopa est le premier détenteur de la tradition Mahamudra reçue de Vajrayogini, et également le fondateur de la branche Kagyupa. Nous retrouvons ici un merveilleux Chant de réalisation, « L’hommage à la sagesse co-émergente », extrait d’un livre de Chögyam Trungpa.
28. « Les Chants de Milarepa » (1040-1123) complètent celui de Tilopa. Il en existe un fort gros volume dont je vous parlerais bientôt. C’est absolument magnifique. Enrichissant et poétique. Ces maîtres tibétains sont de vrais héros de l’éveil !
29. « L’essence la plus intime » de Jigme Lingpa (1730-1798) est une oeuvre du Dzogchen, autre sommet spirituel du bouddhisme tantrique tibétain. L’enseignement dispensé ici est franchement de haute volée, il éclairera fort bien ceux qui ne connaissent pas cette tradition-là.
30. « Chassez-les » de Patrül Rinpoché – un lama du Dzogchen, vénéré au Tibet (cf Patrül Rinpoché – Le chemin de la grande perfection) – nous chante sa vie et sa progression spirituelle d’une si belle manière…!
31. « L’essence subtile des instructions orales » de Padmasambhava (717-762) sont des instructions données à la princesse Yeshe Tsogyel de Karchen. Padmasambhava est considéré au Tibet comme le Second Bouddha. Il amena le Bouddhadharma au huitième siècle pour la première fois. Il est encore plus vénéré que Milarepa. Sa vie est légendaire. Entre autres enseignements, il est l’auteur du « Livre des Morts tibétain, le Bardo Thödol ». C’est une petite partie que l’on trouve dans ces quelques pages.
32. « La renaissance dans la tradition bouddhiste » de Reginald A. Ray est la suite logique du texte de Padmasambhava.
Glossaire
Bibliographie (1 page)

Globalement, cette anthologie fait son job. Les textes et les écoles et traditions bouddhiques, tous comme les thèmes abordés, font de ce livre, en poche, une très bonne affaire que je vous recommande de lire, tout comme le livre de Kyabdjé KALOU Rinpoché – La Voie du Bouddha selon la tradition tibétaine ou celui de Pierre CREPON – Les fleurs de Bouddha : Anthologie du Bouddhisme (Les Grands Textes du Bouddhisme)

Bonne lecture !

Zui Ho.

Samuel Bercholz, Mickael ‘Sherab Chödzin’ Kohn, Anthologie, Découverte du bouddhisme, Robert Laffont, Pocket, Bouddha Shakyamuni, Bouddhisme Tibétain, Bouddhisme theravada, bouddhisme zen, bouddhisme chan, Non-dualité, ouvrage de référence, Vajrayana, TOP 20, Nobles Vérités, Noble Octuple Sentier, Dhammapada, Sceaux du Dharma, Non-Soi Anâtman, Impermanence, méditation Vipassana, méditation Shamatha, pleine conscience, Vie du Bouddha, Histoire du bouddhisme, Lo jong/Lodjong, Esprit d’Eveil, Bodhicitta, Bodhisattva, Ethique bouddhiste, Bouddhisme engagé, Bouddhisme tantrique, Tradition Mahamudra, Tradition Dzogchen, Bhikkhu Bodhi, Chögyam Trungpa, Nyanaponika Thera, Ajahn Chah, Satya Narayan Goenka, Bhikkhu Mangalo, Seng-ts’an/Sengcan, IIème Dalaï-Lama, Gyalwa Gendün Gyatso, Pema Chödrön, Vimalakîrti, Hui-Neng, Dôgen, Kaku-an/Kuoan Shiyuan, Takuan Sôhô, Shunryu Suzuki, Dainin Katagiri, Thich Nhat Hanh, Reginald A. Ray, Abhayâkaragupta, Tilopa, Milarepa, Vajrayogini (déité), Jigme Lingpa, Patrül Rinpoché, Padmasambhava

Un commentaire sur “Samuel BERCHOLZ & Sherab Chödzin KOHN – Pour comprendre le bouddhisme, une initiation à travers les textes essentiels

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :