Taikô YAMASAKI – Le Shingon-Mikkyo, Doctrine secrète de l’initiation japonaise

(241) Taikô YAMASAKI – Le Shingon-Mikkyo, Doctrine secrète de l’initiation japonaise
Trauit de l’anglais et présenté par Charles Stampfli
Editions Slatkine – collection Les architectes de la sagesse
ISBN 9782051028264
300 pages – 27/08/2018 – 39 euros.

taiko yamasaki - shingon mikkyo

https://www.slatkine.com/fr/slatkine-reprints-erudition/70488-book-07103826-9782051028264.html

https://www.amazon.fr/Shingon-Mikkyo-Doctrine-linitiation-japonaise/dp/2051028265

Pour la première fois, le monument de l’ésotérisme japonais est disponible en français. LE SHINGON–MIKKYO traite de façon complète l’histoire, les doctrines, les pratiques de l’école Shingon et de son enseignement secret, Mikkyo.

Né en Inde au VIIe et apparu au Japon dès le IXe siècle de notre ère, cet enseignement a fait l’objet du présent livre, paru en 1986 en anglais ; il est basé sur deux ouvrages, édités en langue japonaise (1974 et 1981), rédigés par le professeur et moine Shingon Taiko Yamasaki. L’ouvrage en langue anglaise est dû au remarquable travail d’adaptation de Taiko Yamasaki, Yasuyoshi Morimoto, David Kidd, Richard Peterson et Cynthia Peterson.

La particularité de la discipline Shingon-Mikkyo est de permettre à l’adepte de retrouver le germe d’éternité qui est en lui à l’état latent, non pas au bout d’une longue série de réincarnations, mais dans cette viemême, grâce à la méditation sur la doctrine et aux exercices pratiques qu’elle suggère.

LE SHINGON-MIKKYO est désormais disponible en français grâce à Charles Stampfli qui l’a traduit de l’anglais et adapté pour se conformer aux exigences de notre langue et des spécificités du lectorat francophone qui connaît peu l’ésotérisme japonais.
La motivation première de Charles Stampfli pour traduire cet ouvrage fut de mettre à jour cette filiation initiatique dans les activités non sportives japonaises en particulier.
Initiateur du Kyudo en Suisse dès 1973, il a construit avec l’aide de son groupe le superbe Kyu-dojo : Mei-Kyu-Kan (lumineux-arc-bâtiment public) situé à Plan-les-Ouates, Genève.

Jean-Noël Cuénod
Directeur de la collection Les Architectes de la Sagesse

*** Mon Avis ***

Accrochez-vous, voici un opus magnum du bouddhisme ésotérique japonais, le Shingon-Mikkyo

 Les ouvrages sur le bouddhisme ésotérique japonais – parent du bouddhisme tantrique tibétain, le Vajrayana – sont malheureusement très rares en langue française. Même en langue anglaise, et même en japonais, ils sont rares, comme vous allez le découvrir.
 Les éditions genevoises Slatkine ont eu la bonne idée d’éditer cet opus magistral sur ce bouddhisme singulier, nous l’exposant et nous offrant l’enseignement du Shingon-Mikkyo. Le traducteur Charles Stampli est l’initiateur du Kyudo en Suisse depuis 1973, qui doit aussi pratiquer le Shingon je pense.
 Je vous avoue que j’ai mis plusieurs mois pour aborder cet ouvrage car l’ésotérisme, qu’il soit ou non bouddhique, est quelque chose, en ce qui me concerne, de contraire à ce que je pense être l’essence de la spiritualité humaine. Bouddha, Jésus et d’autres ont bien indiqué qu’il n’y avait « rien de caché » dans leurs propos. Mais les disciples ont échafaudé des doctrines ésotériques, pensant trouver une parole cachée derrière la simplicité du langage employé par leurs maîtres. « Initiés » mystiques, privilégiés, ces disciples devenus maîtres suite aux songes et « révélations » des déités ésotériques, ont fabriqué des doctrines ésotériques bouddhiques sur une base pourtant exotérique.

 J’ai donc longtemps tourné autour de ce bouquin. Mais les passionnés d’ésotérisme bouddhique y plongeront avec délectation dans cet univers à plusieurs niveaux de lectures et comportant d’innombrables tiroirs, et rites magiques.
« Né en Inde au VIIe et apparu au Japon dès le IXe siècle de notre ère, cet enseignement a fait l’objet du présent livre, paru en 1986 en anglais ; il est basé sur deux ouvrages, édités en langue japonaise (1974 et 1981), rédigés par le professeur et moine Shingon Taiko Yamasaki.« 

 Carmen Blacker (1924-2009) (+), nous dit dans sa Préface de 1987 pour la première édition anglaise (nous avons du retard, oui… oui, mais cette fois-ci c’est de la « faute des japonais) : « A son origine, il s’agissait d’une toute nouvelle école du bouddhisme; elle enseignait que l’homme pouvait récupérer sa nature innée de Bouddha mais perdue « dans ce corps même ». Il n’était plus nécessaire d’attendre l’après-mort avec ces innombrables renaissances. En pratiquant certaines disciplines du corps, de la parole et de l’esprit, en subissant certaines consécrations initiatiques, le disciple peut réaliser, dans cette vie, son identité fondamentale avec l’état du Bouddha universel. (…) Les pratiques spirituelles, avec ses différentes initiations, ont toujours été traitées comme étant ésotériques; elles étaient réservées aux disciples engagés dans la formation prescrite pour aboutir à la consécration recherchée. Ces enseignements, appelés Mikkyo en japonais, n’ont jamais été couchés sur le papier. Ils furent communiqués de bouche à oreille à ceux qui étaient qualifiés pour le recevoir. Les doctrines du Mikkyo ont été amenées au Japon par Kukaï au début du IXème siècle. Transmises par une chaîne initiatique de maîtres à élèves, elles sont restées dans l’ombre de l’ésotérisme pendant environ onze siècles. Elles n’ont jamais été enregistrées ou publiées. Il y a une quarantaine d’années [Dans les années quarante], ce secret bien gardé, cette distinction stricte entre exotérique et ésotérique, se sont dégradées. Des commentaires sur la doctrine et sur la pratique, qui n’avaient jamais été écrits auparavant ont commencé à être publiés au Japon pour que tous puissent les lire« .

 On comprend donc aisément l’importance de cet ouvrage, une vraie bénédiction pour les bouddhistes francophones !
Carmen Blacker poursuit (elle parle mieux que moi sur le Shingon !) : « L’étude qui en résulte offre une vraie vue d’ensemble sur ce vaste sujet. Pour la première fois, le lecteur occidental peut suivre l’histoire de cette école, de son origine mystérieuse en Inde à son introduction et à son développement au Japon. On y découvrira les doctrines métaphysiques de l’école, ses écritures fondatrices, ses vues sur les niveaux de conscience et les étapes du samadhi ainsi que l’ensemble des pratiques du Shingon, ses méditations et ses exercices, jusqu’alors pratiquement inconnus en Occident. Cet ouvrage évoque les mystères des deux mandalas et décrit leur utilisation pour les rituels et la méditation, (…) les sammitsu [la capacité de penser, de sentir, de percevoir, de savoir et d’agir est résumée dans les trois-secrets – sammitsu -, bases de la pratique ésotérique] sont entièrement décrits, les trois modes secrets de « mime symbolique » avec lesquels le disciple pourra harmoniser ses actions corporelles, son discours et les opérations de son mental avec ceux du Bouddha Vairocana. Le lecteur trouvera également un fascinant compte-rendu supplémentaire de certaines méditations du Shingon.(…) Le Shingon-Mikkyo a été perdu en Inde et a longtemps végété en Chine. Seul le Japon détient cette ancienne et mystérieuse école du bouddhisme toujours en activité« .

 On l’aura saisi : ce livre est magique en soi ! C’est un vrai bonheur, une très grande chance pour nous d’en posséder désormais un ouvrage qui nous permet de découvrir et comprendre le bouddhisme ésotérique japonais !
 Voilà donc un vrai trésor, complet et passionnant, sur un bouddhisme à peine connu en Occident ! Souhaitons d’autres publications sur le bouddhisme Shingon !

 Excellente lecture !

Zui Ho.

* S’il-Vous-Plaît, faites un don :
* Soutenez mon travail : https://www.paypal.me/jodekeerschieter

(+) Carmen Blacker était une spécialiste britannique de la langue japonaise. Elle était chargée de cours en japonais à l’Université de Cambridge.

Taikô Yamasaki, Charles Stampfli, Carmen Blacker, Editions Slatkine, Bouddhisme Shingon, Mikkyo, Kukaï (Kobo Daishi), Bouddhisme japonais, Bouddhisme ésotérique, Recueil, Méditation Shingon, Mandalas (figure ésotérique), Bouddha Vairocana, Sammitsu (pratiques Shingon), Mudras, Mantras, Visualisations, Samadhi, Eveil, Livre Bouddhisme, Livre bouddhiste, Ouvrage de référence, TOP 20,

Publicités

Un commentaire sur “Taikô YAMASAKI – Le Shingon-Mikkyo, Doctrine secrète de l’initiation japonaise

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :