Le Papillon (Poème #30)

Le Papillon (Poème #30)
*

On nous demande
De laisser passer, les pensées
Sans savoir…
D’où viennent les pensées ?
Mais qui les pense ?
Où vont-elles ?
Sont-elles nôtres ?
Où est-ce les vôtres,
Qui deviennent nôtres ?

‘Cela’ les pense-t-il
Sans que nous Le voyons ?!
Où bien est-ce le corps
Qui nous parle incessamment ?!
Sont-ce des anges qui chuchotent ?!
Ou bien nos chers défunts ?!
Sont-ce nos réflexions,
Qui nourrissent nos pensées ?!

Qui saura faire le tri ?
Qui Sait ?

Peut-être ‘Qui’ est-il de trop,
Peut-être ‘Que’ est-il le bon sujet –
L’Être suprême où nous devons nous fondre –
En qui nous devons nous taire.

Car il faut tout abandonner :
Corps-et-Esprit, Ici-et-Maintenant,
Il faut tout abandonner.
Ces pensées qui ‘Nous’ font
Corps-et-âme – afin que
Le Vide
Le Dénuement,
Le lâcher-prise
L’abandon,
Le détachement,
Nous amènent à la Pauvreté
Suprême,
Totale,
Et délaissent, lasses
et laissent place
A la Divinité.

Tout doit nous purifier,
Pour atteindre la sainteté.

Le Réveil nous pousse à l’Eveil
Mais l’Eveil est temporaire.
Bien vite, l’impermanence
Reprend les rênes
De notre existence.
Et nous retombons
Idiots dans l’ordinaire.
On ne peut taire les pensées,
Il faut ‘faire avec’.
Elles nous sont imposées.
On peut certes
Les suspendre, mais
L’on ne devient alors
Rien de plus qu’une pierre.

Cette existence n’est guère la Vie suprême.
La vie terrestre, même vécue intensément,
N’est que trop faible.
On n’en retirera aucune gloire,
Aucun mérite, aucun surplus,
Lorsque le doigt de la Mort
Se posera sur nos lèvres
Pour que le silence éternel,
Taise nos bruyantes facéties
Nos comédies, nos tragédies.

Ce n’est pas ainsi
Que l’on se Libère
De soi-même.
Car l’Ego doit s’extirper
De lui-même,
De son Illusion-propre.
Tel le papillon
Sortant de son enveloppe,
L’être transformé – éveillé
Doit alors naviguer, s’envoler.
Il doit abandonner sa vieille peau,
Et revêtir celle
Qui l’amènera,
Vers cet endroit
Où il abandonnera
Même celle-la !

Mais ce n’est pas fini,
Car les papillons,
Car les insectes,
Voleront jusqu’à
La flamme ardente.
Ils disparaîtront
Dans le feu purificateur.
Serez-vous un papillon,
Ou bien une blatte ?

Le Grand Eveil, lui, se produit
Quand l’Illumination nous éclaire
– Soudain !
A ce point où tout devient clair
Et que l’Ombre que nous sommes
Disparaisse alors
Pour de bon…
Alors, notre lumière intérieure
S’identifie à la Lumière finale.
Alors, quand tout est abandonné
Quand tout est délaissé,
Quand tout est abdolument terminé,
Quand est achevée la destinée,
Alors la Libération a lieu.
Quand il n’y a plus de vie terrestre
Dans notre être divin,
La vie divine s’installe,
Et la vie terrestre
S’efface – pour de bon.

Ainsi il faut choisir.
‘Vivre’ comme on survit.
Vivre un semblant de vie,
Vivre une vie de difficultés.
Ou Exister
Le temps d’une vie,
C’est-à-dire :
Combler son existence,
D’un semblant d’importance.
Mais il y a mieux !
Car l’on naît les mains vides,
Et l’on meurt les mains vides.
Il ne faut donc pas
Perdre sa vie !
Il faut profiter de ce temps offert,
Pour s’accomplir,
Pour se perfectionner,
Pour s’éveiller,
Pour se réveiller,
Pour s’illuminer,
Pour… disparaître…
En toute conscience,
En toute essence.
Que notre conscience
Reprenne Conscience,
Que les deux se fondent
De nouveau.

N’aie pas peur de mourir
A toi-même car il n’y a pas
D’autre alternative,
Afin de devenir,
Afin de retrouver,
‘Cela’ que tu as toujours été.

Entre la naissance,
Et la mort,
Un esprit habite un corps :
Voilà les deux
Dont le coeur doit se débarrasser.

23/06/2019

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :