Edith NOLOT – Entretiens de Milinda et Nâgasena

(300) – Edith NOLOT – Entretiens de Milinda et Nâgasena
Traduction du pâli, présenté et annoté par l’auteure

Recension du 18/10/2019

*** DONNÉES ***

Editions Gallimard, connaissance de l’Orient
ISBN-13 : 978-2070735921
21/04/1995 – 400 pages – 30.40euros

Edith NOLOT - Entretiens

*** MON AVIS EST PLUS BAS ***

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Connaissance-de-l-Orient/indienne/Entretiens

https://www.amazon.fr/Entretiens-Milinda/dp/2070735923

*** 4ème DE COUVERTURE ***

GF, 1995 :
«Dans le monde, il y a tout. Ce qu’il n’y a pas, dis-le-moi, vénérable!
– Il n’y a pas, de par le monde, trois choses. Quelles sont-elles? Rien ne s’y trouve qui, doué ou non d’intellect, ne soit sujet au déclin et à la mort. Il n’y a pas de permanence dans les choses composées. Au sens absolu, l’être ne se trouve pas. Telles sont, ô roi, les trois choses qu’il n’y a pas de par le monde.»
Mettre en pièces le kaléidoscope de ce monde avec tout ce qu’il y a dedans, tel est, face au roi Milinda, le propos de maître Nāgasena.
«Tournez par ici votre intelligence, déridez votre esprit!» : l’argumentation sera de premier ordre, et le tour du monde également.

Mettre en pièces le kaléidoscope de ce monde avec tout ce qu’il y a dedans, tel est, face au roi Milinda, le propos de maître Nâgasena. « Tournez par ici votre intelligence, déridez votre esprit ! » : l’argumentation sera de premier ordre, et le tour du monde également.

Poche, 1992 : Le Milinda-panha est un texte bouddhique indien anonyme en pali, composé de dialogues entre le roi indo-grec Milinda (Ménandre, II ? siècle avant notre ère) et le bonze Nagasena. Si l’importance du texte est unanimement reconnue, la valeur relative de ses versions nombreuses et contradictoires, d’une complexité tout orientale, est depuis longtemps objet de discussion. « Où s’arrête l’histoire, où commence le roman ? » demandait Sylvain Lévi. Les analystes modernes voient dans ces apparents dialogues une ingénieuse suite de prétextes à exposés doctrinaux : les questions et dilemmes, inventés pour les besoins de la cause, sortent de la bouche du monarque, mais les solutions, qui constituent le corps de l’ouvrage, sortent de celle du bonze. Il reste qu’on trouve ici une mine de « sujets de controverse » si chers au bouddhisme, et de démonstrations à la manière indienne, à partir d’analogies multiples. Les entretiens roulent sur tous les sujets essentiels : bien-fondé de la vie religieuse ; causes de l’attachement et de l’insatisfaction ; pratiques salutaires menant au détachement ; sensations et perceptions, problèmes de la transmigration ; inexistence du sujet pourtant responsable de ses actes, etc. : c’est un exposé indirect des thèses du bouddhisme de l’école Theravadin.

*** DÉDICACE PERPÉTUELLE ***

Cette recension est dédiée notamment à mes Bienfaiteurs, qui ont sauvé le site : https://livresbouddhistes.com/bienfaiteurs-tipeee-paypal/

* S’il-Vous-Plaît : partagez cette recension & abonnez-vous à Livresbouddhistes.com
* S’il-Vous-Plaît, faites un don : je ne rigole pas, j’ai besoin de votre aide ! Soutenez mon travail :

https://www.paypal.me/jodekeerschieter OU https://fr.tipeee.com/livresbouddhistes-com

*** MON AVIS ***

MAGISTRAL – INDISPENSABLE – INTÉGRAL – GÉNIAL – INCOMPARABLE : UN ‘CATÉCHISME BOUDDHIQUE’ A LIRE ABSOLUMENT !

 Pour cette 300ème recension, je tenais à mettre en valeur un ouvrage fondamental, français, du bouddhisme universel.

 Je n’ai pas hésité longtemps, car Didier Treutenaere, dans sa somme bouddhiste (Didier TREUTENAERE – Bouddhisme et re-naissances dans la tradition Theravâda (réédition)), le cite abondamment avec raison, et me donne aussi raison du coup.
 Ce pavé de 400 pages est très riche et dense, et rattaché au bouddhisme Theravada. Sa forme est classique, cependant, Edith Nolot l’a traduit de manière moderne.
 Vous y apprendrez une foule de choses sur les doctrines bouddhiques, en lisant ces questions-réponses entre deux personnages perspicaces, et amis.

 Le roi pose des questions vaillamment et parfois impertinentes : il « combat » le moine, sans parvenir à le vaincre et le félicite régulièrement pour son « habileté ».
 En effet, Nâgasena, c’est ce moine « instruit, averti, intelligent, sagace, sage, sensé, cultivé, sûr de soi, érudit, doué de la vraie science et de sagesse avérée, versé dans la tradition, grand discuteur qui confondait les groupes de disciples des maîtres rivaux et écrasait les adeptes des autres doctrines religieuses« . LE moine donc. Un Bouddha Shakyamuni-bis, ou Vimilakirti-bis !
« A la seconde même où il entendit tout soudain le mot ‘Nâgasena’, le roi fut pris de peur, pétrifié, et ses cheveux se dressèrent sur sa tête« . En effet, il avait épuisé tous les sages qu’il avait convoqué auparavant ! Nâgasena par contre, c’était tout autre chose ! Comment le vaincre ? Mais Nâgasena le « convertit » à la fin, le roi se fait moine et donne sa couronne et son trône à son fils.

 Les ‘Entretiens de Milinda et Nâgasena’ contient la version intégrale de ces fameux entretiens. Le livre est hyper complet et aborde de nombreux domaines de la pensée bouddhique. Que ceux qui ne l’ont pas se le procurent au plus vite !
 Les ‘Entretiens de Milinda et Nâgasena’ (ou Milindapañha), ce sont en quelque sorte, un Catéchisme du Bouddhisme ancien, du bouddhisme ‘de base’ sous la orme d’une discussion entre le roi indo-grec Ménandre 1er (Milinda) et le sage du Cachemire, Nâgasena. Les entretiens se déroulent dans ces régions du Gandhara, de la Bactriane, du Punjab et Cachemire, dans la capitale Sâgala, en présence de 500 grecs Ioniens (les Yonakas) et un petit groupe de 80000 moines !

 Chaque question comporte un titre, ainsi, si l’on cherche une réponse, on gagne en temps. 262 grandes questions, avec d’innombrables sous-questions, étalées en six parties ornées de vingt-deux chapitres : voilà donc un « beau bébé » de la littérature bouddhique – un livre de chevet incomparable et magistral ! Mais cette discussion ainsi numérotée vous permettra d’avancer à votre rythme et de « méditer » les réponses.

 Les ‘Entretiens de Milinda et Nâgasena’ : un ouvrage de référence digne de mon TOP20 ! A mettre sur toutes les tables de chevet, et dans ses bagages !
« Hommage au Bienheureux, à l’Arahant, qui a atteint l’Eveil correct et parfait » !

Bonne et excellente lecture !

Zuihô

* S’il-Vous-Plaît : partagez cette recension & abonnez-vous à Livresbouddhistes.com
* S’il-Vous-Plaît, faites un don : je ne rigole pas, j’ai besoin de votre aide ! Soutenez mon travail :

https://www.paypal.me/jodekeerschieter OU https://fr.tipeee.com/livresbouddhistes-com

Mots-clés :
Edith Nolot, Milinda, Nâgasena, Milindapañha, Questions-Réponses, Philosophie du Bouddha, Inde, Grèce antique, Découverte du Bouddhisme, Bouddhisme ancien, Bouddhisme Theravada, Livre bouddhiste, Livre bouddhisme, Livre d’entretiens, ‘Catéchisme bouddhique’, Manuel bouddhique, Ouvrage de référence, TOP20, Traduction, 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :