Nisargadatta Maharaj – Être rien, c’est être TOUT. La quintessence de son enseignement

(379) Nisargadatta Maharaj – Être rien, c’est être TOUT.
La quintessence de son enseignement.

« Nothing is Everything »
Composition en marathi, et traduction en anglais par Shri Mohan Gaitonde.
Préface de Nitin Ram.
Traduction depuis l’anglais de Karina Bharucha.

Recension du 06/05/2020.
Dernière révision le 07/05/2020.

* Livresbouddhistes.com : LA bibliothèque DES Bouddhismes & de l’Asie *

*** FAITES UN DON ! UN DON MOTIVE ! ***

>>> AVERTISSEMENTS <<<

*** MON AVIS EST PLUS BAS ***
* L’Avis publié sur Livresbouddhistes.com est TOUJOURS
la version de référence *
* L’Avis est publié sur Amazon, Facebook, Twitter et Babelio *
* J’améliore sans cesse mes présentations *
* Les Mots-clés en toute fin rassemblent toutes les notions du livre…
…sans qu’elles soient forcément toutes développées dans cette recension *

>>> DONNÉES <<<

Éditions : Dervy
ISBN : 979-1-02-420114-6
Pages : 250
Sortie le : 09/10/2015
Prix : 18

(379) Nisargadatta Maharaj - Être rien, c'est être TOUT

>>> LIENS <<<

lien 1 – Auteur :
lien 2 – Éditeur : http://www.editions-tredaniel.com/tre-rien-cest-tre-tout-p-6539.html
lien 3 – Amazon : https://www.amazon.fr/%C3%8Atre-Rien-CEst-Tout/dp/1024201147
lien 4 – Babelio : https://www.babelio.com/livres/Maharaj-tre-rien-cest-etre-tout/855590

>>> MERCI ! <<<

*** SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM ! ***
*** FAITES UN DON ! UN DON MOTIVE ! ***
*** ABONNEZ-VOUS SVP !!! ***

>>> DÉDICACE PERPÉTUELLE <<<

Cette recension est dédiée notamment à mes Bienfaiteurs, et notamment quand ils ont sauvé le site en 2019 : https://livresbouddhistes.com/bienfaiteurs-tipeee-paypal/

>>> COMMENT FAIRE UN DON POUR LIVRESBOUDDHISTES.COM :

_1_ (paiement sécurisé CB) https://www.paypal.me/jodekeerschieter
– OU –
_2_ par chèque (contactez-moi)
– OU –
_3_ par don de livres bouddhiques/asiatiques/spirituels ! (contactez-moi)

* Livresbouddhistes.com : LA bibliothèque DES Bouddhismes & de l’Asie *

>>> 4ème DE COUVERTURE <<<

Nisargadatta Maharaj (1897-1981), maître indien de l’advaita vedanta ou « non-dualité », se fit connaître en Occident grâce au livre intitulé Je suis, vendu à plusieurs milliers d’exemplaires en France.

Considéré par nombre d’Occidentaux comme l’un des grands sages hindous de l’époque contemporaine, à l’instar de Ramana Maharshi, son enseignement se caractérise par sa manière abrupte et sa simplicité. Humble dans sa démarche, Maharaj ne voulait ni la notoriété ni la richesse. Il disait qu’il n’y a rien à chercher, que tout ce que l’être humain recherche est déjà là, qu’il est l’Absolu. Cette reconnaissance du Soi est la Libération.

Être rien, c est être Tout est sans doute l ultime bénédiction de Nisargadatta Maharaj pour les chercheurs fervents.

Ce livre est un face-à-face avec Nisargadatta Maharaj, contenant des échanges rares et inédits qui ont été retranscrits par son « traducteur du soir », Mohan Gaitonde, qui a eu le privilège d’être à ses côtés de 1979 à 1981.

Les échanges précieux de ce livre agissent comme un catalyseur divin pour ceux qui désirent quitter les rives de la recherche intellectuelle afin de rejoindre la rivière intarissable de la compréhension de qui vous êtes !

***************
* MON AVIS *
***************

UN TRÈS GRAND LIVRE DE NISARGADATTA MAHARAJ !

« Dans l’état absolu, je ne sais même pas qui je suis. »

 

« Vous pensez que vous êtes une personne, donc vous pensez que Maharaj est une personne; Vous pensez que vous êtes une entité ou une divinité, et donc vous pensez que Maharaj est une entité ou une divinité. Maharaj n’est ni une personne, ni une entité, ni une divinité. Maharaj est la Conscience Cosmique ! » Une Conscience Cosmique, donc omnisciente et infinie, et que lui seul était ! Mais une Conscience Cosmique… incarnée ! Pourquoi le Maha Samâdhi ne l’a pas emporté plus tôt, aussitôt Réalisé ?
Le chargé de l’Introduction Stephen H. Wolinsky le paraphrase immédiatement : « Vous pensez que je suis une personne et que vous êtes une personne, et que nous sommes en train de parler. En fait, il n’y a que la conscience. » Conscience cosmique !
Ce dernier avertit : « Je rappelle encore que le style d’enseignement de Maharaj était intransigeant, implacable, persistant et tenace. Il restait concentré sur un sujet, ne s’égarait jamais, insistant encore et toujours sur le fait que tout ce qui était perceptible et concevable dépendait de la croyance que Vous êtes ou Je suis. Finalement, quand le Je suis se dissous naturellement, comme disait Maharaj, « vous n’êtes pas ». De cette manière, on avait l’impression d’obtenir des réponses, mais qui répondait aux questions ? »
Nisargadatta Maharaj quant à lui disait : « Cette foi dans le « je suis », sur quoi repose-t-elle… cette foi et cette croyance que vous êtes, sur quoi reposent-elles ? »

« Afin de découvrir qui vous êtes, vous devez d’abord découvrir qui vous n’êtes pas. »

 Permettez-moi d’abord de vous partager de suite mes questions soudaines, car la moutarde me monte au nez :
 « Être rien, c’est être tout » : être, c’est déjà exister dans l’espace et le temps. Être, c’est soi-même qui naît, vit et meurt. C’est l’Être qui prend forme. Réussir à faire de son être « rien », ce serait, théoriquement, « être tout » donc. En s’effaçant volontairement ainsi (mais de quoi s’efface-t-on ?), ne laisse-t-on pas plutôt la place au Tout, telles les chaises musicales ? pourquoi en ne devenant « rien » – donc, par une mort, une disparition, une annihilation, un retrait, une mort ontologique sinon physique : on devient alors quoi ? une pierre, une plante, un zombie ? – serait-on « le Tout » qui n’est pas notre être ? Pourquoi et comment ce transfert et cette transformation ?
 Car c’est comme si le corps restait là, sur-vivant – le mental perturbateur s’étant « envolé », effacé, dissipé, et que « Cela » prend alors la place offerte et qu’alors, le soi-même, l’être, se fond au Soi – le Rien finalement – qui vient à sa rencontre.

 Mais le corps continue pourtant de vivre bien que – quoi ? – soit Réalisé. Et qu’est-ce qui le fait vivre sinon un reste de conscience ? On parle beaucoup de Conscience et de libération de la Conscience, mais si la conscience disparaît totalement, comment le corps vit-il, et où est- « on » ? Dans le Tout ? Le Tout – Cela, ou Rien – habite-t-il notre corps, ou le corps devenu auto-guidé ne fait-il que se balader dans l’espace-temps infini du Tout, jusqu’à sa mort physique ? Peut-on ainsi vivre mécaniquement, dirigé par une conscience réduite et résiduelle tandis que la « haute » Conscience miscible dans le Soi, plane à 15000 ?
 Et avec qui ou quoi échange-t-on, lors d’un satsang avec le dénommé Nisargadatta Maharaj ? Est-il présent ? Qu’est-ce ou qui est présent ? Nisargadatta ? Une plante ? Le Soi incarné ? Le Soi cosmique diffus et partout présent, ici et maintenant, dans l’espace-temps infini ? Qui, ou quoi, fait, et est illusion ? Qui s’illusionne, vous, lui ? Quelle est cette illusion dont on doit se débarrasser ?
 Toutes ces personnes aujourd’hui « éveillées », illuminées, fondues dans le Soi, en extase, emphase ou enstase… qu’est-ce qui retient leur corps dans l’espace-temps durant une période déterminée on ne sait comment, sitôt qu’ils ont « réalisé » ?

« Le premier et le plus grand malentendu, c’est l’idée que l’individu peut se libérer, peut devenir libre… seule la conscience peut se libérer de l’individu et non l’individu se libérer de lui-même. » nous dit le dynamiteur Daniel Morin.

 Plus je lis de livres au sujet de l’Advaïta-Vedânta, plus je ressens une imposture intellectuelle et ontologique acceptée implicitement par les occidentaux, comme si leur arbre cachait la forêt. Je lirais attentivement « L’Illumination, le chemin dans la jungle » de Dennis Waite et je vous parlerais de ces phénomènes. En attendant, relisez sa monumentale étude intransigeante : Dennis WAITE – L’Advaïta Vedanta : théorie et pratique
 Mais le préfacier Nitin Ram de notre livre, répond en partie à mes questions : « Être rien, c’est être tout. On pourrait demander : comment est-ce possible ? Tout le monde perd son temps à rechercher « quelque chose », n’est-ce pas ? Pourquoi ? Probablement parce que chacun croit être « quelqu’un. » Mais il ne s’agit jamais de quelqu’un qui trouve quelque chose. En fait, la croyance et la conviction que l’on est un corps sont un obstacle principal à la réalisation de qui l’on est en réalité. Ce moment même est prêt à Tout livrer, quand vous êtes prêts à accepter Rien ! » Quelle torture intellectuelle n’est-ce pas ? C’est justement de cet intellect qu’il faut se débarrasser. Mais, à mon avis, pas à la manière de la multitudes des éveillés qui se raccrochent au « Néo »-Advaïta-vedânta.

  Enfin, pourquoi donc lire cet énième livre de Nirsargadatta Maharaj ?
 Pour les propos suivants. Gravez-les dans le marbre pur s’il-vous-plaît, et portez-le au cou (je sais c’est lourd). Ils reviennent à Stephen H. Wolinsky : « Par ailleurs, ayant séjourné avec beaucoup de gurus dans le passé, j’avais une perception erronée. Je croyais à tort que si l’on était « éveillé », on pouvait en quelque sorte « enseigner », communiquer et transmettre les enseignements. J’en suis venu à comprendre que cela n’était pas vrai. J’ai reconnu qu’il n’y avait aucune corrélation entre la « réalisation » et la capacité à enseigner. Et le plus extraordinaire et libérateur, c’est que Maharaj avait à la fois la capacité d’enseigner et la « réalisation », ce qui était très rare, comme j’ai pu rapidement constater. »
 Que Réalisait Nisargadatta pour qu’il ait cette autorité orthodoxe et implacable à enseigner ? Nitin Ram encore, en conclut ainsi dans sa Préface : « CELA, l’état éternel où rien ne manque et où plus rien n’est nécessaire. Ni l’expérience de l’étude, ni l’étude de l’expérience, ne peut révéler CELA; CELA est en amont et au-delà de ces deux choses. La lumière divine, qui efface définitivement la distance théorique et obscure entre vous et votre Soi réel, est Sadguru. Or, rien ne peut concurrencer la Grâce du Sadguru. »

 Nisargadatta Maharaj enfonce le clou : « Je voudrais faire éclater tous vos concepts et vous mettre dans l’état sans concepts. »
 Et moi je vous dis que depuis la Nuit des Temps, depuis le Commencement, il n’y a pas eu 5 Réalisés-vivant, et que les autres « éveillés » ne le sont pas autant qu’il le croit ou pense !

« Il n’y a pas de naissance
Il n’y a pas de mort
Il n’y a pas de personne
Tout cela est un concept
Tout cela est une illusion ! »

Pranams !
Nisargadatta Maharaj Ki Jai !
Jai Guru !

Je vous souhaite une excellente lecture de cet indispensable livre, qui bénéficie d’une fabuleuse traduction de Karina Barucha ! Creusez-vous la tête ! Et qu’en sorte la Divine Lumière !

ZUIHÔ

* Livresbouddhistes.com : LA bibliothèque DES Bouddhismes & de l’Asie *

>>> MERCI ! <<<

*** SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM ! ***
*** FAITES UN DON ! UN DON MOTIVE ! ***
*** ABONNEZ-VOUS SVP !!! ***

>>> COMMENT FAIRE UN DON POUR LIVRESBOUDDHISTES.COM :

_1_ (paiement sécurisé CB) https://www.paypal.me/jodekeerschieter
– OU –
_2_ par chèque (contactez-moi)
– OU –
_3_ par don de livres bouddhiques/asiatiques/spirituels ! (contactez-moi)

*** MOTS-CLÉS :
Hindouisme, Non-dualité, Advaïta Vedanta, Nisargadatta Maharaj, Jayashri Mohan Krishna Gaitonde, Editions Dervy, Recueil, Satsangs, Connaissance du Soi, Non-soi Anâtman, Jivanmukta, Réalisation du Soi, Libération, Libération définitive, Inde, Traduction, Eveil, Éveil, Ouvrage de référence, Réalisé-Vivant, Shri Nitin Ram, Stephen H. Wolinsky, Je suis, Rien est Tout, Cela-Ce qui est, Conscience cosmique, suprême, Existence illusoire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :