Alexandre ROJEY – À la recherche de la conscience perdue. La Présence et l’Ouvert

(384) – Alexandre ROJEY – À la recherche de la conscience perdue. La Présence et l’Ouvert.

Recension du 20/07/2020.
Dernière révision le 21/07/2020.

* Livresbouddhistes.com : LA bibliothèque DES Bouddhismes & de l’Asie *

*** FAITES UN DON ! UN DON MOTIVE ! ***
>>> MERCI ! <<<

>>> AVERTISSEMENTS : <<<

*** DESCENDEZ PLUS BAS POUR LIRE MON AVIS ***

* L’Avis publié sur Livresbouddhistes.com est TOUJOURS la version de référence, surtout si elle est révisée *
* L’Avis est publié sur Amazon, Facebook, Twitter et Babelio *
* J’améliore sans cesse mes présentations *
* Les Mots-clés en toute fin rassemblent toutes les notions du livre…
…sans qu’elles soient forcément toutes développées dans cette recension *

>>> DONNÉES <<<

Éditions : Accarias-L’Originel
ISBN : 978-2863163269
Pages : 288
Sortie le : 28/01/2020
Prix : 21

(384) - Alexandre ROJEY - À la recherche de la conscience perdue

>>> LIENS <<<

lien 1 – Auteur : XXXXX
lien 2 – Éditeur : http://originel-accarias.com/Edition/rojey.html
lien 3 – Amazon : https://www.amazon.fr/recherche-conscience-perdue-Pr%C3%A9sence-lOuvert/dp/2863163264
lien 4 – Babelio : https://www.babelio.com/livres/Rojey-A-la-Recherche-de-la-Conscience-Perdue/1190972

*** SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM ! ***
*** FAITES UN DON ! UN DON MOTIVE ! ***
*** ABONNEZ-VOUS SVP !!! ***
>>> MERCI ! <<<

>>> DÉDICACE PERPÉTUELLE <<<

Cette recension est dédiée notamment à mes Bienfaiteurs, et notamment quand ils ont sauvé le site en 2019 : https://livresbouddhistes.com/bienfaiteurs-tipeee-paypal/

>>> COMMENT FAIRE UN DON POUR LIVRESBOUDDHISTES.COM ?

_1_ par Paypal (paiement sécurisé CB) https://www.paypal.me/jodekeerschieter
– OU –
_2_ sur ma cagnotte Leetchi : http://www.leetchi.com/c/besoin-de-votre-charite-compassion
– OU –
_3_ par chèque (contactez-moi)
– OU –
_4_ par don de livres (contactez-moi)

* Livresbouddhistes.com : LA bibliothèque DES Bouddhismes & de l’Asie *

>>> 4ème DE COUVERTURE <<<

A l’heure de l’intelligence artificielle et des  » robots sentimentaux « , le sujet de la conscience est d’une brillante actualité car seule une meilleure perception de son caractère unique permet d’établir une différence radicale entre l’être humain et la machine.
Partant d’un bilan des informations et idées qu’ils ont pu réunir dans ce domaine, l’auteur et son interlocutrice décident de partir à la recherche du continent perdu de la conscience humaine. Comment interpréter l’immensité intérieure ? Comment trouver un sens dans un monde soumis à la loi du profit et à l’arbitrage des marchés ? L’auteur reste attaché à la rationalité scientifique. Son interlocutrice le pousse à aller toujours plus loin, en s’inspirant des grandes traditions spirituelles et philosophiques, des intuitions littéraires et poétiques.
Ensemble, ils élaborent une nouvelle synthèse. Tout en reconnaissant le rôle des neurones ils perçoivent une dimension supplémentaire, une Présence qui se situe au-delà de toute sensation et de toute pensée. Poursuivant leur exploration, ils découvrent l’espace illimité de l’Ouvert.
L’enjeu de cette recherche concerne l’ensemble de la société humaine et pose la nécessité d’un renouveau de conscience pour faire face à la montée des menaces.
Pour tous ceux qui se sentent concernés par les questions de conscience et de lien matière-esprit, ce livre présente un panorama très complet des connaissances et des idées qui ont été réunies depuis des siècles pour tenter d’y répondre.

Alexandre Rojey est un scientifique qui s’est beaucoup interrogé sur l’avenir de l’humanité et la quête de sens. A ce titre, il a publié trois ouvrages sur le monde de demain (L’Avenir en question, La Réinvention du monde, Le Monde qui vient).

***************
* MON AVIS *
***************

UNE RECHERCHE SAVANTE, UNE ENQUÊTE TRANSVERSALE SUR LA CONSCIENCE

Voici un livre-enquête et philosophique passionnant. Malgré son sujet malaxé depuis des millénaires, j’y ai trouvé une méthode et des propos légèrement différents du discours habituel, avec une certaine audace philosophique, et une approche personnelle singulière. D’autres pourront objecter : quoi de neuf sous le soleil ?

Pour comprendre ce parti-pris de l’auteur, examinons simplement, tout d’abord, la couverture : une poursuite de montagnes à n’en plus finir, comme s’il nous fallait avancer dans un paysage accidenté, multiple, rugueux et profond, jusqu’à nous perdre dans les brumes de ce sfumato. Voilà ce qui nous attend : franchir des obstacles. De cette image poétique et symbolique, on nous promet donc une aventure difficile – mais les barrières se dressant devant nous seront levées par l’auteur. En effet, le titre nous éclaire l’objet de cette enquête : Alexandre Rojey s’est mis « À la recherche de la conscience perdue ». Ce titre me fait immédiatement pensé à celui du livre de Marcel Proust, « A la recherche du temps perdu ». Y a-t-il déjà, un lien conscient – ou pas – entre le Temps perdu et la Conscience perdue ?

Ce titre m’interroge donc : aurait-on vraiment perdu notre conscience comme l’avance l’auteur ? Serait-on inconscient, ou alors a-conscient ? La question de la conscience/Conscience est une arlésienne : elle est vieille comme le monde. Un bon nombre de « chercheurs » et de « maîtres » réputés et « canonisés » prétendent « savoir » à son sujet – alors que la conscience est insaisissable, tout comme l’est aussi la « Grande Conscience Cosmique ». La non-dualité asiatique n’est guère remisée dans ce livre, je vous rassure mais elle est parcimonieusement utilisée.
Et à côté de ces illustres personnages, d’autres chercheurs, plus humbles existent, qui ont besoin de chercher et de se donner une réponse, poursuivant pourtant leurs recherches malgré ces traditions spirituelles ancestrales, afin de nous délivrer leur vérité sur la conscience – comme ici.

Mais je me demande si finalement, nous ne cherchons pas au mauvais « endroit » : qu’est-ce qui fait notre conscience ? et « La Conscience » est-elle la panacée ? Est-elle le trésor à retrouver, à dégager des ronces du mental ? Est-elle « Cela » que l’on doit libérer… de soi ? Qu’y a-t-il à retrouver ? Qui a perdu quoi ? Comment la Conscience peut-elle se perdre ? Pourquoi serait-elle enfouie, pourquoi devrions-nous lui rendre la liberté comme si elle était mise en cage – mais par qui, ou quoi ? Pourquoi la « Conscience » cosmique supplanterait la conscience humaine ? Doutons : la première n’est-elle pas le fruit de la seconde ? Pourquoi faisons-nous de ce sujet un objet central de nos questions philosophiques ? La conscience pourrait être perçue comme une « chose », une entité qui vivrait en nous, dans « notre » prison. Les frontières sont floues en apparence ! Serait-ce un Esprit-Saint prisonnier d’un mental malsain ? Vision très gnostique !

C’est toutefois et encore un très bon choix des éditions Accarias-L’Originel que d’éditer cet ouvrage d’Alexandre Rojey, philosophe que je ne connaissais pas. 
Et l’auteur nous donne une première accroche : il va nous parler de la Présence et de l’Ouvert, conséquences de la Conscience. Là aussi, c’est vague et vaste, et typique des recherches au sujet de la conscience. Mais Alexandre Rojey ne fait pas d’élucubrations idiotes : il argumente patiemment, il compose son puzzle.

« A la recherche de le conscience perdue » est composé de trois grandes parties : La Conscience. La Présence. L’Ouvert. Chaque partie est structurée en trois chapitres, et le sommaire est un régal : c’est fort alléchant il est vrai. Le texte, argumenté de manière solide et savante, m’a dérangé au début, car Alexandre Rojey s’adresse à une interlocutrice inconnue, et un dialogue intérieur presque familier s’instaure aussitôt : cependant la curiosité m’a poussé et motivé à lire ce qu’en à dire l’auteur. L’auteur adresse à cette dame sa réflexion tout du long de son cheminement philosophique : il déroule son propos comme Sénèque philosophant avec Lucilius.
En outre, Alexandre Rojey s’appuie sur de nombreux textes, tant scientifiques que philophiques et spirituels afin d’ouvrir des pistes dans cette jungle piégée qu’est notre mental. En fin de compte, l’auteur ramasse une quantité considérable d’informations éparses (vous le lirez : Alexandre Rojey est éclectique dans ses réflexions, n’hésitant pas à piocher de-ci, de-là des éléments de réflexions dans de vastes domaines de réflexions philosophiques et scientifiques) pour son enquête, qui la légitiment du coup par leur « sérieux ». Cela a du représenter un considérable travail de lecture, de réflexions et de construction philosophique. C’est risqué, mais c’est bien huilé.

Toutefois, comme je l’ai dis d’emblée, j’ai trouvé cet ouvrage passionnant bien qu’il ne soit pas aisé d’y pénétrer, et malgré son langage quasi familier forçant à la vulgarisation, il nécessitera assurément au lecteur une certaine culture et des connaissances conceptuelles. Il nécessitera également du temps qui ne sera pas perdu, puisque l’ouvrage implique une attention accrue aux propos de l’auteur : aussi je vous conseille, une fois que vous l’aurez bien hameçonné, de ne pas relâcher vos efforts : allez jusqu’au bout de votre lecture et de ces questions. Ajoutons qu’Alexandre Rojey illustre ses réflexions d’illustrations schématiques et petits tableaux pour nous figurer sa représentation mentale de la Conscience et nous aider dans la compréhension de ses questions.

Récapitulons. Personnellement, je vois dans « À la recherche de la conscience perdue. La Présence et l’Ouvert » un très bon ouvrage, basé sur la Raison. Certes il est transversal et éclectique, et notre érudit relit, et paraphrase ou reformule du déjà-lu, mais il repose son discours sur une structure déterminée en amont, sur des postulats qu’il essaie d’étayer. Il nous entraîne dans ses réflexions, puisant ainsi où il peut des arguments bâtissant son oeuvre de philosophie. Cela peut être dangereux de manipuler une telle alchimie, bien qu’elle démontre la curiosité de l’auteur et sa recherche : c’est donc à prendre ou à laisser, cela ne satisfera pas tous les lecteurs c’est certain. Cependant, le positionnement de chercheur tout court d’Alexandre Rojey offre une certaine sécurité quant à son sérieux.
Mais le livre contentera je crois, ceux qui sont animés par la question de la conscience/Conscience, et de ses reflets vus dans la Présence et l’Ouvert. N’ayez donc pas peur, et franchissez ces montagnes bleues. Vous en sortirez assurément nourris d’une manière ou d’une autre, et je l’espère, éclairés. C’est un très bon livre, qui retient l’attention et questionne.

Je vous souhaite donc une excellente lecture !

ZUIHÔ

* Livresbouddhistes.com : LA bibliothèque DES Bouddhismes & de l’Asie *

*** SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM ! ***
*** FAITES UN DON ! UN DON MOTIVE ! ***
*** ABONNEZ-VOUS SVP !!! ***
>>> MERCI ! <<<

>>> COMMENT FAIRE UN DON POUR LIVRESBOUDDHISTES.COM ?

_1_ par Paypal (paiement sécurisé CB) https://www.paypal.me/jodekeerschieter
– OU –
_2_ sur ma cagnotte Leetchi : http://www.leetchi.com/c/besoin-de-votre-charite-compassion
– OU –
_3_ par chèque (contactez-moi)
– OU –
_4_ par don de livres (contactez-moi)

*** MOTS-CLÉS :
Conscience, Présence, L’Ouvert, Alexandre Rojey, Editions Accarias-L’Originel, Philosophie, Enquête, Sciences cognitives, Dialogue intérieur, Non-dualité,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :