Jean-Marc MANTEL – La pratique spirituelle. De l’effort et du non-effort

(405) Jean-Marc MANTEL – La pratique spirituelle. De l’effort et du non-effort
Un ouvrage conçu et élaboré par Bernard Seghezzi.

Recension du 21/04/2021
Dernière révision le XXX.

É È À Ù Ç

Recension dédiée à Jean-Louis Accarias, pour son humanité et sa confiance.

*** DESCENDEZ PLUS BAS POUR LIRE MON AVIS ***

Livresbouddhistes.com : Les bibliothèques des bouddhismes, des livres de l’Orient, et de l’Asie

*** SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM ! MERCI ***
!!! SOYEZ BON : PARTAGEZ, ABONNEZ-VOUS ou FAITES UN DON : ÇA MOTIVE !!!
https://www.paypal.me/jodekeerschieter

*** AVERTISSEMENTS ***

*** L’Avis publié sur Livresbouddhistes.com est TOUJOURS la version de référence, surtout si elle est révisée ***
*** L’AVIS EST PUBLIÉ sur Amazon, Facebook, Twitter, LinkedIn et Babelio.com ***
*** PARTAGEZ SVP ! ***

*** DONNÉES DU LIVRE ***

Éditions : Accarias-L’Originel
ISBN : 978-2863163412
Pages : 302
Sortie le : 20/04/2021
Prix : 21 €

lien 1 – Auteur : 1. https://lamesange.com/ouvrages/fr/liste/pratique/ 2. https://jmmantel.net/ 3. https://mantel.pro/
lien 2 – Éditeur : https://www.originel-accarias.com/Edition/mantel.html
lien 3 – Amazon : https://www.amazon.fr/gp/product/2863163418/ref=dbs_a_def_rwt_bibl_vppi_i1
lien 4 – Babelio : https://www.babelio.com/livres/Mantel-La-pratique-spirituelle-De-leffort-et-du-non-eff/1320860

*** SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM ! MERCI ***
!!! SOYEZ BON : PARTAGEZ, ABONNEZ-VOUS ou FAITES UN DON : ÇA MOTIVE !!!
https://www.paypal.me/jodekeerschieter

DÉDICACE PERPÉTUELLE : Chaque recension est dédiée aux lecteurs, auteurs, éditeurs, mais notamment à mes Bienfaiteurs, et notamment quand ils ont sauvé le site en 2019 : https://livresbouddhistes.com/bienfaiteurs-tipeee-paypal/

Livresbouddhistes.com : Les bibliothèques des bouddhismes, des livres de l’Orient, et de l’Asie

/!\ SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM /!\

https://www.paypal.me/jodekeerschieter

*** 4ème DE COUVERTURE ***

L’enseignement de Jean-Marc Mantel invite continuellement le questionneur à tourner son regard du monde perçu vers ce qui le perçoit. Il invite à négliger la pensée objet et à habiter la conscience-témoin. Vient alors naturellement la question du « comment faire ? ». Comment habiter la non-pensée qui ne connaît pas la souffrance ? Ce livre enseigne un chemin du « comment faire ».
La pratique spirituelle présentée ici est une pratique de l’écoute silencieuse de ce qui se manifeste en nous. Pour le personnage identifié à son histoire, la pratique est un chemin qui amène à un glissement d’identification. C’est un abandon de l’identification au monde objectivable et instable (pensées, émotions, sensations que l’on croit être soi), au profit de l’identité réelle et stable d’être l’ultime sujet qui écoute le monde changeant.
Cette « pratique » requiert-elle beaucoup d’efforts pour éviter l’éparpillement mental ? L’effort est-il contre-productif pour le lâcher-prise ? Faut-il accepter tout ce qui se manifeste en soi ? Toutes ces questions trouveront des réponses limpides et imagées. Par sa précision et sa clarté, cet enseignement a la qualité des grands maîtres spirituels, qu’il prolonge, la modernité en plus. IL ne peut manquer d’illuminer ses lecteurs.

Après avoir terminé ses études de médecine et de psychiatrie, Jean-Marc Mantel a été attiré par les enseignements métaphysiques d’Alice Bailey, dans les années 1985-86, avant d’être touché et radicalement transformé par les enseignements de sagesse non-duelle tels qu’ils ont été proposés notamment par Krishnamurti, Ramana Maharshi, et Jean Klein. C’est auprès de ce dernier qu’il a étudié la connaissance de soi, le yoga et la méditation.

Lorsque ces approches ont commencé à porter leurs fruits, il a ressenti le besoin, vers 1992, d’appliquer cette compréhension à son domaine de compétence professionnelle, la psychiatrie et la santé mentale. A travers deux associations qui se sont succédées entre 1994 et 2002, l’association Spiramed, puis l’association Essence, il a oeuvré à la mise en place d’une vaste réflexion sur les liens unissant la santé mentale et la spiritualité. Il a ainsi organisé une trentaine de congrès sur ces thèmes, tant en France qu’à l’étranger. Ces congrès étaient des opportunités de rencontre, d’échange et de compréhension mutuelle entre des êtres et des courants de pensée différents. Plusieurs ouvrages ont été tirés de ces congrès. D’autres ouvrages sont en préparation.

Jean-Marc Mantel réside à Vence, dans les Alpes-Maritimes, où il mène une vie contemplative, entourée par la tendresse de son épouse bien-aimée Marion, des affectueuses chiennes labrador Tara et Malka, de la gracieuse chatte Maya, et des deux oiseaux charmeurs, Garuda et Shanti.

source : http://jmmantel.net/

*** EXERGUES ETERNELLES ***

(1) Morin, Daniel : Le premier et le plus grand malentendu, c’est l’idée que l’individu peut se libérer, peut devenir libre… seule la conscience peut se libérer de l’individu et non l’individu se libérer de lui-même.

(2) Warner, Brad : C’est comme s’il y avait un petit Club des Êtres Illuminés. Voici comment ça se passe. Un gars dit qu’il a connu l’illumination. Il a une histoire en béton pour raconter le merveilleux jour où il a fini par tout comprendre sur tout. Un autre type, son enseignant, le déclare membre du Club des Êtres Illuminés. Et voilà son élève prêt à aider les autres à devenir comme lui.

////////\\\\
C’EST ICI !
////////\\\\
MON AVIS
////////\\\\

UN OUVRAGE MODERNE, PRÉCIS, HONNÊTE, ADAPTÉ POUR LA PRATIQUE NON-DUELLE FRANCOPHONE

Heureusement que Jean-Louis Accarias a du flair, et qu’il sait distinguer le vrai du faux, l’authentique du synthétique, le bon grain de l’ivraie. Je sais bien pourquoi Jean-Louis Accarias publie des livres qui sont souvent des pépites, et qui me font adorer son travail d’éditeur. Car ce genre de livre, « d’enseignements » non-duels sans traditions, eh bien, ça me donne d’ordinaire des ulcères.
Heureusement aussi que je lis les livres que l’on m’envoie ! Sinon je vous aurais recopié la quatrième de couverture…

Bref, c’est ici un très bon livre sur la non-dualité que vous lirez ici, du moins telle qu’on la pense et pratique en France, et chez les anglo-américains, depuis 30 ans. « La pratique spirituelle. De l’effort et du non-effort » m’a très agréablement surpris, et il fallait le faire.

_ Digression sur ce que je pense de la Non-Dualité Occidentale (C) du XXIème s. (facultatif) :

Car, comme je l’ai déjà dis à plusieurs reprises, je trouve cette spiritualité plutôt fantasque, carrément.
En effet, cette confection intellectuelle, cette pirouette mystico-gazeuse, selon moi est aujourd’hui capable en tant qu’objet intellectuel, d’illusionner ses disciples qui s’illusionnent eux-même à croire en elle et en sa « libération » automatique sans sujet ni objet, ou, comment le dire autrement : « le Soleil du Soi aveugle l’Occident », pour paraphraser un livre bien connu. On en est là. Et ses partisans sont aveuglés depuis des décennies.

Quand je l’ai découverte, j’étais moi aussi ébahi devant tant de simplicité. « Pourquoi chercher ? Pourquoi pratiquer ? C’est génial ! Ça devait être ça qu’Ève voulait dans le jardin d’Eden… » Pourquoi donc réfléchir encore ? Ben justement, je me suis mis à me poser des questions…
En fait, c’est comme quand vous voyez un artiste ou un sportif faire les choses si naturellement que vous vous dites : c’est tellement simple, je vais le faire aussi ! Voilà l’arnaque : on ne vous dis pas qu’il y a de la route à faire avant de parvenir à la « non-dualité » de mes deux. Vous vous y mettez : vous vous plantez direct, et vous pleurnichez. Puis vous réalisez (j’espère) qu’il faut faire tant d’efforts pour que cela semble « naturel » et facile, sur dix ou vingt ans préalablement. Et qui fait les efforts justement ?
C’est donc un panier de crabes, un Canada-Dry, ou bien une pâte à gâteau industrielle à mettre au four sans le moindre effort…

Je crois que le fait que cette non-dualité occidentalisée ait tant été « cerveaulavée »; rincée; javellisée; aseptisée; « démocratisée »; laïcisée par ces « êtres libres, (progressistes) et divins » des sociétés post-68 [qui y trouvèrent avec ces méthodes de lavage une liberté encore plus libre (…) car dégagée par leurs soins-même, des traditions religieuses qui l’ont accouché], que cela lui a ôté… toute spiritualité, toute réalité concrète même, et en a rendu perchés et aveuglés un très grand nombre de fidèles, finalement fascinés par des maîtres qui ne sont qu’illusions, si l’on a bien compris l’affaire… Le chien se mord la queue.

Pour résumer : les « maîtres » occidentaux de la non-dualité, qui se sont affranchis de leurs maîtres en devenant maîtres à leur tour, ont tellement conceptualisé voire chosifié cette non-dualité venue d’Inde, qu’ils en ont fait un objet intellectuel (spirituel ?) comme savent si bien les produire les philosophes occidentaux arides, aux esprits purs et durs, vivant dans le monde des idées.

L’éveil « spirituel », c’est ainsi se saborder, prendre une distance avec un Moi illusoire, tandis que l’on réalise n’être rien, sauf le Tout/Soi/Dieu. Cette mise à distance, de « soi » par « Soi », évoque une certaine psychopathie, un détachement illusoire, puisque « Soi » devra faire avec « soi » jusqu’à la fin de ses jours, à moins de disparaitre en arc-en-ciel dans un silence fracassant.
Je n’accepte pas que par une pirouette intellectuelle, conceptuelle et psychologique, on sape des millénaires d’enseignements de l’effort à fournir pour atteindre un objectif de libération. Sinon a arrête tous de grandir avant l’âge de raison, comme ça pas d’efforts à faire…
« Plus le mensonge est gros, mieux il passe. »

_ Fin de la digression.

Donc, qu’y a-t-il sous le moteur de « La pratique spirituelle. De l’effort et du non-effort » ?
Avant tout, il faut savoir qu’il est composé de « questions-réponses », entre membres d’un forum apparemment tenu par Jean-Marc Mantel, et ce dernier. Ces questions-réponses ont été assemblées en un recueil, qui forment ce livre, par M. Bernard Seghezzi. Celui-ci a suivi ces enseignements dématérialisés pendant quelques années, avant de les coucher par écrit :

« Cet ouvrage est une part de cet enseignement, mais centrale, car située entre deux réalisations : la réalisation de l’illusion du moi, instable comme un rêve, et la réalisation de la réalité du Soi, de la réalité du regard, toujours là.
« Parce qu’il est perlé de conseils concrets, cet ouvrage a l’apparence d’un chemin spirituel à suivre. Certes, il peut être perçu et utilisé comme tel. Il propose surtout au personnage pensant une perspective différente : découvrir par soi-même la réalité de son êtreté. C’est la perspective limpide et nourricière proposée dans cet ouvrage, dont la mise en forme à chaque étape a été valisée par Jean-Marc. »
Je pourrais continuer de recopier l’Introduction tant Bernard Seghezzi a parfaitement compris la chose intellectuelle enseignée : je lui conseille d’écrire lui aussi son livre. En tous cas, toute peine mérite salaire, et j’espère qu’il perçoit un pourcentage sur ce livre-ci.

Passées toutes ces remarques, j’ai été surpris comme je l’ai dis plus haut – d’ailleurs, autre surprise, Jean-Marc Mantel m’a rappelé Jean-Pierre Schnetzler (1929-2009), lui aussi psychiatre mais qui était resté attaché aux bouddhismes.
Les deux se ressemblent dans leur écriture, dans la précision de leurs paroles, et dans la précaution prise justement dans ce qu’ils transmettent. C’est une caractéristique qui m’a fait dire que Jean-Marc Mantel dévoilait ici une véritable réflexion, pas seulement des vapeurs spirituelles comme beaucoup le font; je crois que ce que vous lirez dans cet ouvrage est d’une grande qualité intellectuelle, et d’une honnêteté toute spirituelle et humaine, d’un grand respect pour ceux qui le questionnent, et maintenant le lisent.
Pour au temps, s’inscrit-il dans ce que j’ai dénoncé plus haut ? Je ne crois pas. D’un, Accarias l’a publié, et deux, cette méticulosité des propos et le minimalisme des pratiques mises en avant me semblent cohérentes, et à portée des disciples.

Je dirais donc que c’est là la « nouveauté » de ce livre de Jean-Marc Mantel, « La pratique spirituelle. De l’effort et du non-effort » : que les choses soient dites simplement, précisément et honnêtement. Je crois que c’est presque un manuel, et presque parfait, pour toute personne qui souhaiterait découvrir cette Non-Dualité Occidentale. Il y a bien quelques passages capillotractés qui m’enragent, mais dans l’ensemble, c’est un très bon ouvrage sur la question, pour des gens en demande.

Ce qu’il y a également d’intéressant, c’est aussi cette application de l’écoute et du silence qui mène vers la réalisation – vous le découvrirez en lisant. Comme le souligne l’assembleur Bernard Seghezzi, « La pratique spirituelle. De l’effort et du non-effort » a également pour lui « la modernité en plus », qui ne peut se comprendre qu’en la lisant dans le texte : tant mieux, tant nous en avons besoin dans notre nouveau Moyen-Âge.

Je rappelle que les éditions Accarias ont également publié trois ouvrages de Daniel Morin, qui pour moi sont définitifs sur le sujet, et que je vous recommande fortement.

Coup de coeur donc pour moi que cet ouvrage de Jean-Marc Mantel et Bernard Seghezzi. C’est un très bon livre sur la Non-Dualité Occidentale, sur la « pratique spirituelle », sensé, précieux, ordonné, méticuleux, que je recommande à ceux qui cherchent et veulent « savoir ».

Je vous souhaite une excellente lecture !

ZUIHÔ.

Livresbouddhistes.com : Les bibliothèques des bouddhismes, des livres de l’Orient, et de l’Asie

*** SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM ! MERCI ***
!!! SOYEZ BON : PARTAGEZ, ABONNEZ-VOUS ou FAITES UN DON : ÇA MOTIVE !!!
https://www.paypal.me/jodekeerschieter

/!\ SOUTENEZ LIVRESBOUDDHISTES.COM /!\

https://www.paypal.me/jodekeerschieter

É È À Ù Ç

*** MES POSITIONS ***

Il est dans mes principes de lire ce que l’on m’envoie (quand je peux), et non de recopier la 4ème de couverture pour ne pas perdre de temps, en prétendant soutenir et relayer… Puis de donner mon avis de lecteur, franc, de dire réellement ce que j’en pense, si ça me plait ou pas, dans un esprit « sympa ». Et non pas de dresser une « recension universitaire » en bonne et due forme. Cela avec un certain délai – et selon les aléas de ma vie, car je ne suis pas journaliste. J’essaie de ne présenter que les livres (les bons donc) qui m’enthousiasment pour donner l’envie de lire. Mais tout ça est bénévole. Tout ce travail est offert aux lecteurs, aux auteurs et aux éditeurs. C’est ma ligne éditoriale depuis que je chronique depuis 20 ans. Mais votre soutien est bienvenu !

MOTS-CLÉS : ils rassemblent ‘toutes’ les notions identifiées à la lecture sans qu’elles soient forcément toutes développées dans cette recension, et sont formulées selon les termes propres à l’auteur :

*** Éditions Accarias-L’Originel, Jean-Marc Mantel, Bernard Seghezzi, Questions-réponses, Pratique spirituelle (général), Effort/non-effort, Non-dualité, Recueil, Non-Dualité Occidentale (C), Coup de coeur, Pratique de l’écoute, Pratique du silence, Discernement, Réalisation, Réalisation du Soi, Êtreté
Livre bouddhiste, Livre bouddhisme,

Livresbouddhistes.com : Les bibliothèques des bouddhismes, des livres de l’Orient, et de l’Asie

Jonathan ‘Zuihô’ Dekeerschieter – Livresbouddhistes.com : copyright 2018-2021.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :