Le(s) Chemin(s) (poème #28)

Le(s) Chemin(s) * Devenir une pierre, une plante, ou semblable au vent... Disparaître du zafu, devenir une flamme, ou une plume sur le zafu : disparaître du zafu ! Telle semble être la quête des maîtres ! Le non-être ! Posséder de tout son être l'Être suprême ! Sans commencement, Sans fin, Et ne plus faire qu'Un, Ne plus Être... Lire la Suite →

Tragique (poème #27)

Tragique * Mon regard était plongé Dans tes yeux bleus et nacrés En silence je les fixais Et ma bouche était serrée. * J'étais sérieux, comprends-tu ? Car bien longtemps je t'ai cru. Mais un jour que toute nue, Dans l'ombre de l'embrasure * De cette fenêtre, tu parlais De notre amour qui fuyait. Cette époque... Lire la Suite →

Inconsistance et libération (poème #26)

Inconsistance et libération * Le monde ne voit le jour que lorsque tu ouvres les yeux. Où est-il quand tu dors ? Tu n'en as pas conscience. Existe-t-il ? Existes-tu ? N'existent-ils que parce que tout le monde ne dort pas en même temps ? * Les atomes font faits de minuscules particules électriques dansant dans le vide. Incroyable !... Lire la Suite →

Plus besoin (poème #25)

Plus besoin * Les mots n'ont soudain plus de sens. Le silence, la paix, la clarté règnent, tandis qu'avant le déluge se déversait. * En soi, un soleil vainqueur illumine l'espace infini, qui brusquement a fait cessé l'orage. Tandis que la tempête battait son plein, déversant en moi comme à son habitude des seaux de... Lire la Suite →

La nostalgie de toi (poème #24)

La nostalgie de toi * La douceur de ta peau. Ta douce chaleur. Ce soleil dans tes reins. Ton regard vif, et tes mains délicates aux ongles parfaits. Le creux de ta nuque. Les vallées de tes aisselles dénudées et les plis si fins de ton aine sacrée. Tes cheveux enivrants, et tes fesses, fermes... Lire la Suite →

Chant funèbre (poème #23)

Chant funèbre * dédié à Albert Caraco. * Tant de violence en ce monde. Je n'en plus plus. Je ne peux plus supporter. Si ce n'est en détournant les yeux. J'enrage. La haine née de cette violence à laquelle j'assiste est née de la haine que les hommes vivent dans leur violence quotidienne. * Les... Lire la Suite →

Seul(s) (poème #22)

Seul(s) * Seul et nu, Je nais Seul et nu, Je mourrais. Seul, Toujours on l'est. L'amitié est telle rareté, qu'elle est plus précieuse que l'amour, que l'or... Pourtant Dieu sait quel délice que d'être aimé ! * Seuls à jamais, il nous faut nous apprivoiser - ne pas compter sur l'ami qui n'en est pas... Lire la Suite →

Sans fin (poème #21)

SANS FIN * Les vagues qui s'écrasent sur les plages aussi âgées qu'elles n'ont - comme elles ! aucune fin ni début. Elles se fracassent Ou glissent, délicatement sur ce sable noir, jaune ou blanc. Plages et vagues sont de vieilles amantes. Qu'importe où l'on se trouve les vagues s’abattent, s'ébattent éternellement sur les plages, les... Lire la Suite →

Moi et mon cœur (poème #20)

MOI ET MON CŒUR * Mon cœur vit seul. Ce fut dur au début, quand tu le laissas. Mon cœur qui ne fut pas aimé de ceux qui lui avait donné la vie, crevait du besoin d'aimer et d'être aimé. ... Mais voilà : tu es partie. * Depuis mon cœur et moi sommes seuls. Ce... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑